Le Parlement fédéral vient d'adopter une résolution en 10 points demandant au gouvernement fédéral d'imposer à la SNCB plusieurs obligations concernant, notamment, l'embarquement des vélos dans le train. La volonté de la Chambre est clairement de rendre la combinaison train/vélo plus efficace et plus attrayante.

Le Parlement va donc insister auprès du Gouvernement fédéral pour qu'il :

  1. impose l’inscription dans le prochain contrat de gestion avec la SNCB d’objectifs clairs concernant le nombre minimum d’espaces vélos sur chaque liaison ferroviaire
  2. impose aux différentes compagnies ferroviaires de prévoir au moins 8 places pour les vélos sur tous les trains neufs et rénovés sur chaque liaison nationale et internationale
  3. impose l’inscription dans le prochain contrat de gestion de la SNCB d’objectifs clairs concernant l’information correcte des voyageurs transportant un vélo
  4. indique dans le prochain contrat de gestion avec la SNCB que le transport de voyageurs avec un vélo est une mission de service public qui doit être disponible à un prix attrayant
  5. suggère à la SNCB d'élaborer un système de réservation faisant que le voyageur qui achète un billet “Supplément vélo” aura la certitude de disposer d’un espace pour son vélo
  6. demande à la SNCB, dans le cadre de la conclusion du prochain contrat de gestion, de rendre l’utilisation du vélo dans le train plus attrayante en introduisant un tarif plus favorable et variable qui stimule l’utilisation du vélo durant les heures creuses et qui dépende de la distance du trajet en train
  7. demande à la SNCB dans le cadre de la conclusion du prochain contrat de gestion que chaque station et arrêt dispose d’un nombre suffisant de places de stationnement pour vélos, de bonne qualité, si possible sécurisés et incluant une offre pour les vélos de plus grand gabarit (vélo cargo, vélo avec remorque etc.)
  8. demande à la SNCB, dans le cadre de la conclusion du prochain contrat de gestion, de promouvoir activement le déploiement d’une offre de vélos partagés dans chaque station, en collaboration avec d’autres partenaires;
  9. demande à la SNCB de mettre en place une cellule vélo dotée d’un manager, chargée de superviser la politique train/vélo de l’entité ferroviaire et de consulter les organisations représentatives et experts en matière de politique cyclable;
  10. demande à la SNCB de rendre les quais accessibles aux cyclistes dans toutes ses gares

Picto 8 places vélo par trainNotre analyse

On se réjouit de retrouver dans ce texte l'essentiel de nos demandes envers la SNCB. En 2020 les associations cyclistes européennes ont en effet mené une campagne pour soutenir la volonté du Parlement européen d'imposer huit places vélo dans chaque train circulant en Europe.

La France a récemment inscrit cette obligation pour la SNCF dans sa loi d'orientation des mobilités. La Belgique devrait donc faire de même bientôt, en coulant cette obligation dans le prochain contrat de gestion de la SNCB.

En ce qui concerne le prix du billet vélo, on espère effectivement une modulation en fonction de la distance et des heures creuses, pour éviter un prix fixe qui peut se révéler plus cher que le coût du trajet. Mais aussi une amélioration de l'information du voyageur avec son vélo : quel train prendre de préférence si on a un tandem ? combien de places vélos ? accès de plein pied ? position du compartiment vélo dans le train ?

Concernant le système de réservation pour les vélos, c'est sans doute le point le plus délicat qui sera à étudier. Est-ce souhaitable quand il n'y a pas de demande supérieure à l'offre ? Serait-elle obligatoire ou conseillée (avec priorité à ceux qui ont réservé) ? A quel coût ? Tout ceci doit être sérieusement pensé avant de lancer un système qui a des avantages, mais aussi des inconvénients, comme les associations cyclistes Suisses le font remarquer aux CFF.

Pour le stationnement vélo, qui doit lui combler les besoins des navetteurs réguliers, une amélioration est bien souhaitable. Pas toujours en termes de places, car on a souvent plus d'arceaux que de vélos présents, mais de couverture et de sécurisation des lieux. Trop de vols de vélo sont encore enregistrés aux abords des gares.

Enfin, on se réjouit de la création future d'une véritable cellule vélo au sein de la SNCB, qui aura l'obligation de consulter le monde du vélo pour élaborer la future politique vélo ferroviaire. C'est d'autant plus important qu'une nouvelle stratégie vélo/train SNCB devrait voir le jour d'ici l'été. Elle a tout à gagner d'une consultation formelle des associations cyclistes belges, qui évite bien des déconvenues quand on découvre, parfois trop tard, les décisions engagées.

Bien sûr, ceci est une résolution, pas une loi contraignante. Mais on peut espérer que le Ministre fédéral de la mobilité traduise tout ceci rapidement en termes contractuels obligatoires pour la SNCB.

Luc Goffinet

En savoir plus

16565 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ