Nos amis cyclistes du nord ont beau habiter ce qu’on qualifie parfois de “paradis du vélo”, ils connaissent aussi leurs petits tourments. Explications en images, avec une vidéo réalisée par les cyclistes d’Utrecht dans le cadre de Happy Biking. Ce projet, lancé dans le cadre du départ du Tour de France de la ville en juillet prochain, a pour objectif d’améliorer aussi le quotidien des cyclistes non sportifs.

La démarche de Happy Biking est constructive : non seulement la communauté cycliste a été invitée à voter pour désigner ses cinq plus grandes frustrations, mais elle a aussi été conviée à livrer ses suggestions pour y remédier. La Ville d’Utrecht s’est engagée à retenir les meilleures idées émises par les 1 500 cyclistes ayant participé au sondage et à les concrétiser le plus rapidement possible.

Les 5 frustrations du cycliste à Utrecht 

Frustration n°1 : les feux rouges (33%)

Non, tous les feux ne sont pas optimisés pour les vélos, et le tourne-à-droite au feu rouge n’est pas généralisé aux Pays-Bas. Attendre aux feux, et il y en a beaucoup à Utrecht, fait donc partie du douloureux quotidien pour les cyclistes du coin…

Frustration n°2 : les pistes cyclables encombrées (19%)

Quand le vélo a du succès, ça fait du monde sur les pistes. Même avec des pistes cyclables de belle largeur, le trafic est parfois tel qu’il faut se frayer un chemin dans la foule. Il faudra donc élargir bientôt les pistes (qui restent toujours bien moins consommatrices d’espace qu’une voirie automobile).

Frustration n°3 : les autres cyclistes (16%)

Trop lents, bloquant le passage, tournant sans prévenir, roulant à contre-sens, les autres cyclistes sont aussi parfois nos meilleurs ennemis. La courtoisie hollandaise entre cyclistes reste encore à travailler.

Frustration n°4 : les chantiers (12%)

Détours, bourbiers, trous sont aussi le lot des cyclistes hollandais… et ils ne s’en accommodent pas toujours.

Frustration n°5 : les voitures et autres véhicules lourds (7%)

Comme chez nous, les pistes cyclables sont parfois squattées par des véhicules qui n’ont rien à y faire… ou bien il n’y a pas de piste et il faut alors se frotter au trafic motorisé.

Luc Goffinet 

13158 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ