Les scan-cars sont de plus en plus nombreuses à sillonner nos centres urbains avec une mission : contrôler le stationnement réglementé. La ville d'Amsterdam va quant à elle un pas plus loin, en utilisant cette technologie pour contrôler également le parking sauvage, par exemple sur les trottoirs et pistes cyclables. 

Scancar à Liège

Elles circulent actuellement dans plusieurs communes bruxelloises, mais aussi en Wallonie à Charleroi, La Louvière ou encore à Liège. Les scan-cars sont des voitures équipées de caméras ANPR (reconnaissance de plaques) qui sillonnent les zones de stationnement réglementées. Le recours à cette technologie permet d'intensifier les contrôles : entre 10.000 et 20.000 véhicules par jour, soit jusqu'à dix fois plus qu'un steward. 

Si les scan-cars déterminent si un véhicule est en règle dans une zone de stationnement donnée, elles ne contrôlent pas les véhicules stationnés en-dehors des zones de stationnement légales. Avec pour corollaire que le risque d'être sanctionné s'avère moindre pour les voitures stationnées en double-file, sur le trottoir ou sur les pistes cyclables !

Parking sauvage : l'expérience d'Amsterdam

Parking sauvage à Amsterdam

En octobre 2017, la ville d'Amsterdam a lancé un projet pilote : élargir le périmètre d'action des scan-cars afin de vérifier que les véhicules sont bien stationnés sur un emplacement répertorié en tant qu'espace de stationnement. Le constat est édifiant : "En l'espace de trois mois, plus de 16.000 amendes ont été infligées pour du stationnement sauvage. Avant l'utilisation des scan-cars, la moyenne mensuelle était d'environ 1.750". À l'issue de la période test, le nombre de voitures en infraction avait également diminué, ce qui a conduit Amsterdam à adopter définitivement cette méthode dès mars 2018. Au-delà de la sanction des contrevenants, l'utilisation des scan-cars permet aux autorités d'identifier les endroits les plus problématiques, et de mettre en œuvre des mesures visant à prévenir le stationnement sauvage.

Et de notre côté de la frontière ? 

L'utilisation des scan-cars pour lutter contre le stationnement sauvage n'est pas encore d'actualité chez nous. Pourtant, piétons et cyclistes sont confrontés quotidiennement à ces comportements tout aussi inciviques que dangereux, que le manque de contrôle/sanction ne permet pas d'endiguer efficacement. À l'heure où nos villes sont de plus en plus nombreuses à recourir à cette technologie pour contrôler le stationnement, l'expérience d'Amsterdam constitue plus que jamais un exemple à suivre.  

Florine Cuignet

15117 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ