Il est actuellement impossible de transporter des vélos non démontés à bord de la moitié des liaisons ferroviaires les plus rapides entre les capitales et les grandes villes d'Europe, et les temps de parcours s'allongent en moyenne de 2 heures et 45 minutes sur les liaisons ferroviaires alternatives. Les associations cyclistes européennes réclament huit places vélos obligatoires dans tous les trains.

Carte des liaisons en train acceptant les vélosComme le montre la carte ci-contre, sur 33% des lignes le transport de vélos est complètement interdit.

Sur 18% des autres liaisons, les cyclistes auront besoin de plus de temps pour effectuer leur trajet que les voyageurs sans vélo. Cela peut passer de 2h14, pour un Paris-Luxembourg en TGV, sans vélo, à plus de 11h si on prend trois trains classiques acceptant les vélos.

Un peu moins de la moitié des liaisons européennes seulement offrent actuellement un service vélo qui permet au cycliste de ne pas perdre de temps.

Les pays qui se distinguent à ce sujet sont ceux d'Europe centrale. Ainsi en Allemagne, les nouveaux ICE-4 sont désormais équipés de 8 places vélo. De même que les nouveaux IC en Pologne. Ces pays démontrent ainsi qu'il n'y a pas d'obstacles techniques à faire mieux.

Le Parlement européen prend les devants

Le transport de vélos dans les trains européens est régi par le Règlement COM 2017-548 concernant les Droits et obligations des passagers ferroviaires. Celui-ci est est en cours de révision. A ce sujet, Karima Delli, présidente de la commission des transports du Parlement européen, a déclaré récemment :

Nous devons rendre les transports plus verts, plus sûrs et plus inclusifs. Par conséquent, le Parlement européen demande huit espaces dédiés aux vélos par train dans les négociations sur la mise à jour du règlement sur le droit des voyageurs ferroviaires.

Toutefois le Parlement ne décide pas seul, il doit composer avec la Commission européenne et le Conseil de l'Union européenne, qui sont beaucoup moins ouverts à la mobilité durable et privilégient davantage l'intérêt des compagnies ferroviaires.

Les négociations entre ces trois institutions européennes doivent aboutir ce mois de juin et nous les appelons fermement à soutenir unanimement ces trois propositions :

  1. Il doit y avoir au moins 8 emplacements vélos dans chaque train circulant en Europe
  2. Cette règle doit s'appliquer à tout le matériel roulant neuf et lors des rénovations
  3. Ce règlement doit entrer en vigueur au plus tard un an après son adoption

Les entreprises ferroviaires qui prennent au sérieux le Green Deal européen pourraient également envisager d'installer un espace dédié pour au moins 8 vélos sur tout le matériel roulant existant.

La campagne #TrainsForCyclists

Le GRACQ participe à la campagne #TrainsForCyclists de la Fédération des cyclistes européens (ECF) pour une meilleure intermodalité train/vélo, et propose à chaque cycliste d'écrire lui aussi au Ministre Bellot pour lui demander de suivre la voix du Parlement européen :

Courriel à envoyer au Ministre fédéral de la mobilité

Logo campagne cyclistsLovetrains

15454 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ