"Je m'appelle Kailey Kornhauser, je suis doctorante à l'université de l'Oregon, je roule à vélo, et je suis en surpoids". Le ton est lancé. Au travers des pérégrinations à vélo de Kailey Kornhauser and Marley Blonsky, deux Américaines en surpoids, le mini-film "All bodies on bikes" met à l'honneur ces deux femmes et leur volonté de faire changer les mentalités afin de rendre la pratique du vélo – et son image – davantage inclusive. 

All bodies on bikes

C'est sur Instagram que Kailey et Marley ont fait connaissance. Toutes deux randonnent à vélo, vont travailler à vélo… et toutes deux partageaient jusqu'alors un certain sentiment d'isolement. "Il y a un vide dans la communauté cycliste, explique Marley Blonsky. Personne ne parle vraiment de ce que c'est d'être une personne en surpoids qui roule à vélo." Le constat est partagé par les deux cyclistes : les personnes en surpoids sont complètement absentes des supports de communication, qu'il s'agisse de la promotion d'évènements cyclistes, de publicités pour des marques de vélo ou de vêtements sportifs, ou même d'Instagram. Les seules occurrences où des personnes en surpoids apparaissent dans un contexte sportif, c'est pour parler de perte de poids. 

"Les conséquences d'une telle exclusion sont bien réelles et importantes, souligne Kailey. À partir du moment où les personnes en surpoids ne sont pas représentées dans les médias vélo, il se passe deux choses. Les personnes en surpoids ne se voient pas comme des cyclistes, et donc ne se mettent pas au vélo. Et la communauté cycliste est incapable de considérer un cycliste en surpoids comme étant une personne sportive. Le résultat, c'est qu'il y a moins de personnes à vélo. La communauté cycliste a l'opportunité d'évoluer. Faire du vélo est un moyen de bouger à la portée de beaucoup de gens, de toute taille, pour autant qu'on leur fasse de la place."


Bien décidées à faire bouger les choses et à modifier le regard que la société porte sur les cyclistes "grande taille", Kailey et Marley ont débuté en organisant des ateliers. Objectif : interpeler l'industrie du vélo, pour qu'elle propose notamment des produits adaptés à sa clientèle XXL (limites de poids, composants, équipement, vêtements…).

En 2020, les deux femmes entreprennent ensemble un parcours d'une centaine de kilomètres à vélo : c'est ce voyage qui est relaté au travers du très inspirant "All bodies on bikes", véritable ode à l'inclusivité.

Florine CUIGNET

en savoir plus...

► I’m a Fat Cyclist—And I Don’t Need to “Fix” My Body, Kailey Kornhauser, Bicycling (2019)
Building inclusive cycling community - le site de Marley Blonsky

16565 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ