Se faire frôler par un bus à vive allure, c'est une expérience que personne n'a envie de vivre sur la route. Et cela fera pourtant dorénavant partie du programme de formation des nouveaux chauffeurs de bus de la STIB.

Certain·e·s d’entre vous se souviennent peut-être d’une vidéo tournée au Brésil dans laquelle des chauffeurs de bus, montés sur des vélos fixés au sol, se faisaient frôler par un bus. Cette initiative visait à sensibiliser les conducteurs à l’insécurité que ressentent les cyclistes lors d’un dépassement trop rapide ou trop proche. L’initiative a essaimé depuis, jusque sur la plaine d’écolage de la STIB, où le GRACQ a été convié à tester le nouveau dispositif de sensibilisation.  

Simple, mais efficace : trois Villo! ancrés au sol, quelques marquages servant de repères et un conducteur de bus chevronné. Les consignes : dépasser les "cyclistes" à une distance un peu inférieure à 1 mètre (le minimum réglementaire en agglomération) et à une vitesse d'environ 35 km/h (soit très légèrement supérieure aux 30 km/h d’application sur la majorité du réseau bruxellois).

Désormais, tous les nouveaux conducteurs de bus devront, dans le cadre de leur formation, passer par cette expérience afin de se mettre dans la peau des cyclistes. Idem pour les conducteurs qui feraient l’objet d’une plainte d’un cycliste pour conduite dangereuse. Pour la STIB, cette expérimentation pratique devrait s’avérer plus parlante que n’importe quel cours théorique.

Certes, le test ne se fait pas dans des conditions réelles : les cyclistes ne sont pas en mouvement et ne risquent pas de dévier de leur trajectoire ou de chuter. Il n’y a pas non plus de trafic, d’obstacles ou de véhicules en stationnement. Mais malgré tout, le déplacement d’air généré par le passage du bus — avec le coup de klaxon en prime — rend l'expérience suffisamment décoiffante. 

Ce tout nouveau dispositif viendra donc compléter utilement la formation des conducteurs de la STIB, et renforcer ainsi une meilleure compréhension entre conducteurs de bus et cyclistes sur les routes bruxelloises.  

Florine CUIGNET

Plus d'infos

► La STIB développe un dispositif d'alerte à l'angle mort pour les cyclistes
GRACQ/STIB : échange croisé entre formateurs

19058 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ