Une meilleure cohabitation sur la route passe par une meilleure compréhension des difficultés rencontrées par chacun. Partant de ce principe, le GRACQ et la STIB ont initié un échange entre moniteurs vélo et formateurs bus : une première rencontre du genre qui, on le souhaite, constitue un prélude à  un dialogue plus pérenne entre cyclistes et transports publics. 

Rencontre formateurs GRACQ STIB PRO VELO

À l’automne dernier, le GRACQ menait sa campagne "Happy Street" pour sensibiliser les usagers de la route à une meilleure cohabitation. Si l’attention s’est beaucoup portée sur les rapports entre automobilistes et cyclistes, le GRACQ n’en a pas oublié pour autant les transports publics. À Bruxelles, les cyclistes côtoient régulièrement les bus et les trams de la STIB et partagent parfois les mêmes infrastructures, pour le meilleur et pour le pire.

Dépassements dangereux, pression du tram derrière soi, dangerosité des rails de tram, mais aussi cyclistes qui se faufilent le long des bus, à droite ou à gauche, sans conscience aucune des angles morts ni des angles de braquage… La liste est loin d’être exhaustive ! Sans compter que l’arrivée massive de cyclistes néophytes (et d’utilisateurs de trottinettes) sur les routes bruxelloises complique encore la donne. 

Les infrastructures ne sont pas toujours idéales, loin s'en faut. Mais résoudre les tensions entre ces différentes catégories d'usagers passe également par une meilleure compréhension des difficultés que chacun rencontre dans ses déplacements. C’est pour agir sur ce point précis que le GRACQ et la STIB se sont donné rendez-vous, pour une première rencontre du genre.

Un dialogue entre formateurs bus et moniteurs vélo

Autour de la table : des moniteurs et vélo-éducateurs du GRACQ et de Pro Velo, et des formateurs bus de la STIB. L’échange a pour objectif de mieux cerner les difficultés inhérentes à ces deux modes sur la route, et de voir comment mieux adapter nos formations respectives en conséquence. Après un questionnaire "croisé" concocté par la STIB et par Pro Velo, place à la pratique. Le parcours vélo confronte les participants aux rails de tram, aux bandes bus, ou encore au contresens cyclable particulièrement étroit de la rue de Verdun, où croiser les nombreux bus s’avère une véritable gageure. C’est ensuite au tour des formateurs cyclistes de se mettre au volant d’un bus, sur un site d’écolage cette fois, guidés dans leurs manœuvres par les formateurs bus.

Rencontre formateurs GRACQ STIB PRO VELO

Ce premier échange très positif a permis de jeter les bases d’un dialogue que l’on souhaite récurrent. Nos points d'attention, pour la suite : 

  • reproduire ce type d'échange avec des formateurs bus peu familiers du vélo (ce qui n’était pas le cas des formateurs présents pour cette première réunion).
  • initier ce type d’échange avec des formateurs de chauffeurs de tram.
  • élargir le dialogue aux sociétés TEC et De Lijn, qui circulent également en région bruxelloise. 

Il reste encore à définir comment mieux toucher le public cycliste dans son ensemble : la proportion de cyclistes passant par les formations du GRACQ ou de Pro Velo reste limitée en regard de la croissance des utilisateurs du vélo en région bruxelloise. La question se pose davantage encore pour les utilisateurs de trottinette, qui ne constituent pas le public du GRACQ et pour lesquels il n’existe à l’heure actuelle aucune formation spécifique.

10 questions pour tester vos connaissances !

BON à SAVOIR

La STIB dispose d’un formulaire en ligne qui permet de transmettre des commentaires en tant que tiers. En tant que cycliste, il vous est donc possible de faire remonter un problème rencontré avec un chauffeur, afin d’en informer les responsables concernés. Mais il est tout autant possible de transmettre des retours positifs concernant le comportement d’un chauffeur : le conducteur dont il est question pourra prendre connaissance des compliments qui lui sont destinés, et une copie de votre message sera reprise dans son dossier d’état de services. 

Florine CUIGNET

 

17954 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ