Après avoir voté en 2021 une résolution demandant d'imposer à la SNCB plusieurs obligations concernant, notamment, l'embarquement des vélos dans le train, la Chambre a voté hier une loi qui impose au minimum 8 places vélo dans tous les nouveaux trains (4 dans les trains rénovés). Une obligation que la SNCB a déjà en partie anticipée.

La Belgique transcrit ainsi, en allant plus loin, le Règlement européen des Droits et obligations des passagers ferroviaires, qui entrera en vigueur en 2025, et qui oblige toutes les compagnies ferroviaires européennes à offrir au minimum quatre emplacements vélos obligatoires dans tous les trains circulant en Europe. La loi belge stipule de son côté que ce seront 8 places vélo obligatoires pour les nouveaux trains (4 dans les trains rénovés). Attention à ce détail qui a toute son importance : il s'agit d'un seuil minimum. On peut donc - et on devra - aller plus loin sur certaines lignes fort fréquentées par des cyclistes.

Trains SNCB - Compartiment vélo

Fort heureusement, la SNCB a déjà commencé à appliquer cette consigne sans attendre 2025. Notamment via ses nouvelles voitures à double étage M7, qui peuvent accueillir plus de 20 vélos.

Mais aussi via l'ajout de voitures transformées vers Luxembourg et Eupen, où des sièges ont été démontés pour offrir huit places vélo supplémentaires :

Nous nous réjouissons de ce pas dans la bonne direction, demandé par le GRACQ depuis longtemps. Mais bien sûr aussi, l'intermodalité train/vélo ne se résume pas au transport des vélos non démontés dans les trains. Se pose aussi la question du prix, de l'accessibilité des gares/trains/quais et du stationnement sécurisé dans les gares, comme le rappellait la Chambre dans sa résolution de 2021, qui insistait auprès du Gouvernement fédéral pour qu'il inscrive dans le prochain contrat de gestion de la SNCB :

  1. un nombre minimum d’espaces vélos sur chaque liaison ferroviaire (minimum 8)
  2. un devoir d'information correcte aux voyageurs transportant un vélo
  3. que le transport de voyageurs avec un vélo est une mission de service public
  4. que la SNCB étudie un système de réservation pour que le voyageur qui achète
    un billet “supplément vélo” ait la certitude de disposer d’un espace pour son vélo
  5. un tarif vélo plus favorable et variable
    qui stimule l’utilisation du vélo durant les heures creuses
    et qui dépende de la distance du trajet en train
  6. chaque station et arrêt dispose d’un nombre suffisant de places de stationnement
    vélo de bonne qualité, si possible sécurisés
    incluant une offre pour les vélos de plus grand gabarit (vélo cargo, remorques)
  7. une offre de vélos partagés dans chaque station, avec d’autres partenaires
  8. une cellule vélo chargée de superviser la politique train/vélo de la SNCB
  9. une consultation des organisations représentatives en matière de politique cyclable
  10. des quais accessibles aux cyclistes dans toutes les gares

Retrouvez notre analyse complète de tous ces aspects de la combinaison vélo/train à la SNCB.

Luc Goffinet

En savoir plus

18370 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ