Selon une étude récente aux Pays-Bas, la mobilité joue un rôle important pour atteindre le seuil recommandé d'activité physique pour se maintenir en bonne santé (150 minutes par semaine). Environ 80% des cyclistes néerlandais atteignent ce seuil grâce à leurs seuls déplacements à vélo, tandis que seulement 7% des personnes qui utilisent exclusivement la voiture pour se déplacer y parviennent.

Velo CC Unsplash Christin Hume

Environ 54% des Néerlandais adultes ont une activité physique dépassant la recommandation de l'OMS. L'analyse des déplacements de la population montre qu'environ une personne sur trois y arrive grâce à ses seuls trajets à vélo et à pied. La mobilité quotidienne semble donc être un facteur important pour atteindre notre seuil d'activité physique, selon les recherches du Knowledge Institute for Mobility policy (KiM).

Derrière les 80% de cyclistes dépassant le quota recommandé d'activité physique, on retrouve 69% des utilisateurs de vélo électrique (VAE). Puis 48% des usagers des transports en commun, grâce à la combinaison avec la marche ou le vélo.

 VéloVAEVoiture + MarcheTransport en communVoiture + VéloVoiture
Durée trajets actifs (sur 3 jours)144'116'124'75'75'14'
% seuil recommandé80%69%69%48%43%7%

Du côté des automobilistes, ceux qui marchent sont 69% à atteindre leur quota d'activité, contre 43% de cyclistes occasionnels. Et 7% pour ceux qui se déplacent exclusivement en voiture.

Un autre constat relevé par le KiM : les personnes qui atteignent le seuil d'activité physique recommandé via leur mobilité quotidienne se déplacent beaucoup plus (en moyenne 50 minutes par jour) que les personnes qui sont bien en-dessous (en moyenne 5 minutes par jour). La fréquence des déplacements joue donc un rôle majeur.

Indice de masse corporelle (IMC)

L'étude du KiM aborde aussi la mobilité et la santé en lien avec l'IMC. Elle relève, comme bien d'autres études auparavant, que les personnes qui ont une mobilité active ont un IMC moins élevé que les autres. Avec une exception toutefois : les utilisateurs de vélos électriques, qui ont un IMC plus élevé que la moyenne.

Les chercheurs n'y voient toutefois pas un lien de causalité, car ils mentionnent clairement que l'activité physique procurée par le vélo électrique reste appréciable. Mais ces vélos ont tendance à être plus souvent utilisés par des personnes âgées ou en surpoids. Ce n'est donc pas le vélo électrique qui serait la cause de ce surpoids, mais le surpoids qui serait, très probablement, à l'origine de l'utilisation de ce type de vélo.

Luc Goffinet

En savoir plus

14563 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ