Dans sa Déclaration de politique régionale 2017-2019, le gouvernement wallon s’est engagé à "amplifier la prise en compte systématique des cyclistes dans la sécurisation des infrastructures". Pour vérifier cette volonté, le GRACQ observe chaque année un certain nombre de chantiers sur les routes régionales. Force est de constater que, malgré des avancées sur le terrain, le vélo reste encore en rade une fois sur deux.

Cette année, nous avons observé pas moins de 23 chantiers régionaux. Nous avons constaté une amélioration pour le vélo sur 10 chantiers, et peu ou pas de progrès sur les 13 autres.

Voir en plein écran | Vert = pris en compte, Orange = partiellement, Rouge = quasiment pas

Au niveau des améliorations des infrastructures cyclistes, les progrès observés sont de type :

  • passage de rien à une bande cyclable suggérée (BCS)
  • passage d’une bande suggérée (BCS) à une piste cyclable marquée (PCM)
  • passage d’une piste marquée (PCM) à une piste cyclable séparée (PCS)
  • pose d’un meilleur revêtement pour la piste cyclable

Si on prend en compte l’aménagement idéal sur une route régionale, qui comporte à la fois un trafic et des vitesses élevées, c’est à dire une piste cyclable clairement séparée, on la retrouve à présent dans 7 chantiers sur 10. Ce qui est un progrès par rapport aux années précédentes.

Pour les 13 chantiers pour lesquels nous n’avons pas constaté d’amélioration, des contraintes d’espace ou de budget sont invoquées par le SPW pour justifier l'absence de la prise en compte du vélo lors des réfections de routes. Nous considérons néanmoins que des solutions doivent être trouvées pour que les cyclistes puissent circuler en toute sécurité sur ces axes.

En conclusion

Le GRACQ apprécie les efforts de la Région wallonne sur certains chantiers. On va clairement dans la bonne direction. Cependant, si la bonne volonté exprimée par le gouvernement wallon semble réelle, elle n’est pas (encore) appliquée partout.

Pour y arriver, et d'autant plus si l’on veut concrétiser la vision FAST du gouvernement wallon (5% de déplacements à vélo en 2030), il faut absolument :

  • accroître le budget régional vélo (seulement 5€/an/habitant, au lieu de 10€/an minimum)
  • généraliser la consultation des usagers cyclistes

  • stimuler l'entretien (rare voire inexistant à l'heure actuelle) des espaces cyclables
  • séparer les cyclistes du trafic motorisé (important et rapide sur les axes régionaux !)
  • améliorer le revêtement des pistes cyclables (parfois « oublié » lors des réfections de voirie)

Rapport complet

11962 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ