Une étude britannique publiée récemment le confirme : la pratique régulière du vélo tout au long de la vie permet de doper l'immunité des aînés. Une bonne raison de ne pas s'arrêter à la retraite !

Cette étude, menée par le King's College de Londres, a mis en évidence que des cyclistes endurants, non fumeurs, de 55 à 79 ans avaient un profil immunitaire comparable à celui de jeunes en bonne santé mais non sportifs, de 20 à 36 ans.

Senior à vélo

Les lymphocites-T, qui aident à répondre à de nouvelles infections, ont en tout cas été comptés en nombre chez ces aînés à vélo."Si le sport était un médicament, tout le monde en prendrait", indique l’un des coauteurs, le professeur Norman Lazarus (82 ans et en pleine forme).

Même si ce groupe de séniors est encore capable de parcourir 100 km en six heures et demie, il n'est pas nécessaire d'en faire autant tous les jours. Ce qui compte, selon les chercheurs, c'est la régularité de l'effort physique : au moins deux heures et demie par semaine, avec une intensité modérée mais de façon constante.

Un autre témoignage, qui date de 1961, l'affirmait déjà. De façon plus truculente et moins scientifique certes, mais nous vous laissons néanmoins savourer cette archive télévisuelle française de l'INA :

"Voici le témoignage de M. Vittore sur les bienfaits du vélo. Il confie avoir commencé à l'âge de 10 ans et ne s'est jamais arrêté, à raison de 60 à 80 kilomètres par jour. Il parle de son métier, de ses enfants à qui il a donné l'amour du vélo et notamment de sa fille Renée Saint Cyr (l'actrice) dont il loue les performances sportives."


Pour conclure, on rappelera la pétition de 500 médecins suisses appelant les autorités à investir dans le vélo. Car ce n'est pas d'idéologie politique mais de santé humaine qu'il s'agit avant tout.

Luc Goffinet

En savoir plus

10986 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ