Dans les Vosges, on regorge d’une ressource naturelle renouvelable : le bois. Et on n’en manque pas d’une autre : l’énergie musculaire pour se déplacer. Quand les deux se croisent, on atteint alors la quintessence de la “mobilité durable” ! C’est dans cet esprit que, grâce au travail du Centre Régional d’Innovation des industries du bois, un vélo à assistance électrique (VAE) doté d’un cadre en bois local a pu être conçu.

Techniquement, si le bois ne remplace pas toutes les pièces du vélo, il en est tout de même l’armature principale. Il a du être étudié pour sa résistance à la torsion et au temps, son poids, son évasement et son collage à des pièces métalliques. 

Le défi semble avoir été réussi, si l’on en croit les premiers tests menés avec les étudiants de l’école nationale supérieure des technologies et industries du bois. Le cadre en bois amortirait les chocs et le vélo serait agréable à conduire, sans être trop lourd.

Le vélo vélibois


Sa commercialisation, aux environs de 2 500 €, pourrait débuter dans un an ou deux via la société vosgienne Moustache Bikes, qui soigne particulièrement le design de ses vélos. Mais ce vélo pourrait bien connaître avant son premier succès dans le cadre d’un projet de location de vélos électriques par la ville d’Épinal.

On savait déjà que le bambou pouvait être un matériau assez solide pour un cadre de vélo, et permettre ainsi de créer de l’emploi local en Asie ou en Afrique. On est ravis d’apprendre que le frêne ou l’érable peuvent nous aider désormais à travailler et à nous déplacer en Europe.

Luc Goffinet

14563 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ