Ça n’a pas été une mince affaire mais ça y est : l’avenue Roosevelt est enfin équipée de pistes cyclables séparées du trafic. S’il s’agit d’un net progrès pour les cyclistes, qui s’y sentent incontestablement plus en sécurité, il n’en reste pas moins qu’on est loin des standards de qualité et d’un aménagement pensé pour soutenir le long terme. 

Avenue Roosevelt - piste cyclable

Sur l’avenue Roosevelt à Bruxelles, les trottoirs défoncés et la piste cyclable marquée squattée par le trafic sont de l’histoire ancienne. Un lifting bénéfique donc, qui ne méritait sûrement pas tout le battage médiatique qu’il a suscité. 

Piste cyclable de l'avenue Roosevelt

Le plus grand exploit a probablement été de parvenir à réaliser une piste cyclable séparée sur cet axe, sans toucher aux trottoirs ni aux arbres évidemment, mais sans toucher non plus à la berme centrale, aux bandes de circulation et à peine au stationnement. Et c’est ce qui explique les problèmes de conception que l’on déplore aujourd’hui, à commencer par une piste d’une largeur minimale qui ne permet pas de circuler à deux de front ni à un cycliste d’en dépasser un autre en toute sécurité. 

Une piste "patchwork"

Piste cyclable Avenue Roosevelt

Pour parvenir à caser cette piste séparée sans toucher à l’espace automobile, il a bien fallu rogner sur les espaces, et la positionner au plus près de l’alignement d’arbres… tellement près qu’il a fallu par endroits, pour ne pas endommager les racines, découper la piste cyclable et combler les trous avec un autre matériau. Le tout nouveau tapis cycliste est déjà racommodé !

Vous avez dit "zone tampon" ? 

zone tampon - Piste Avenue Roosevelt

Le risque de collision avec une portière qui s’ouvre brusquement représente un danger bien réel pour les cyclistes. Tout aménagement cyclable qui longe du stationnement doit donc prévoir une "zone tampon" destinée à tenir le cycliste à bonne distance des portières des véhicules. Le fait d’utiliser le même revêtement pour la piste et pour la zone tampon donne une fausse impression de largeur et de sécurité. C’est d’autant plus problématique aux endroits comportant un "patch" au niveau des arbres : les cyclistes ont alors tendance à se déporter sur la gauche, le long des portières, où le danger est bien réel. 

Une visibilité compromise

Visibilité entree garage Roosevelt

L’avenue comporte de nombreuses entrées et sorties de garage. Il est absolument nécessaire que les automobilistes aient une vision correctement dégagée, afin de repérer les cyclistes qui circulent sur la piste cyclable. À l’heure actuelle, rien n’a été mis en place afin d’empêcher le stationnement aux endroits où il constitue un masque pour la visibilité

Un résultat en demi-teinte

C’est indéniable : parcourir l’avenue Roosevelt à pied ou à vélo est désormais bien plus agréable, et on ne peut que s’en réjouir. Mais il n’en reste pas moins que les craintes formulées par le GRACQ concernant la sécurité des cyclistes subsistent. Le réaménagement de l’avenue Roosevelt répond à une vision "court-termiste" de la mobilité, dont ne peut se satisfaire une politique vélo digne de ce nom. 

Florine Cuignet

13139 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ