Le vélo est parfois perçu comme quelque chose qui appartient aux écologistes ou qui est l'apanage de mouvements anti-voiture. Ce qui ne pousse guère les autres partis politiques à s'en préoccuper. Eh bien "Pas du tout !" répondent près de 500 médecins suisses, "Le vélo, c'est d'abord et avant tout un enjeu de santé".

Une pétition pour "inscrire en priorité à l’agenda politique le développement d’aménagements cyclables sécurisés", signée par 429 médecins helvètes, a été remise fin 2017 au ministre des Transports de la Confédération Suisse. Ceux-ci déplorent, comme ailleurs, "l’augmentation de l’obésité et de la sédentarité" dans le canton de Genève (le surpoids concernerait 41% de la population genevoise). Et les coûts exorbitants des soins de santé liés à toutes ces maladies chroniques qui en découlent : hypertension, diabète, accidents cardio-vasculaires...

Dr Patrick Saudan (Suisse)

Ces médecins suisses plaident donc, auprès d'un "monde politique qui n’a pas compris l’ampleur du problème", pour que l'on investisse d'urgence dans les aménagements cyclables, afin d'augmenter l'activité physique de la population.

Ces docteurs s’agacent aussi des clivages existants : "Le vélo est connoté à gauche, mais non, le vélo doit être connoté santé ! On s’oppose à cette politisation du débat, ce n’est pas une question d’opinion. Les bienfaits du vélo, c’est de la science dure, ce n’est pas pour faire plaisir aux cyclistes. La littérature médicale est univoque, le vélo est avantageux même compte tenu de la pollution et du risque d’accident. Et une pétition pro-mobilité active n’est pas forcément anti-voiture pour autant."

On savait déjà que certains médecins prescrivaient des sorties à vélo à leurs patients qui doivent bouger (en France notamment), et que d'autres se rendaient à leur cabinet à vélo ou faisaient leurs visites à domicile à bicyclette. Il est donc réjouissant de les entendre réclamer collectivement que les pouvoirs publics fassent avancer les choses à leur niveau.

Cette démarche est d'autant plus intéressante qu'elle est menée en parallèle à une initiative populaire qui a pour but d'inscrire le vélo dans la constitution suisse.

Luc Goffinet

En savoir plus

10757 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ