Le chaînon manquant de l'avenue de Tervueren va bénéficier dès l'automne d'un aménagement cyclable provisoire. Cette version test sera suivie par le réaménagement de l'avenue en boulevard urbain dès 2023. Mais en dépit de cet accord très attendu entre commune et Région, des zones d'ombre et des craintes persistent. 

C'était il y a plus d'un an déjà : la polémique éclatait autour d'un aménagement cyclable "test" sur l'avenue de Tervueren à Etterbeek, destiné à compléter un chaînon manquant du réseau cyclable. Le bras de fer politique engagé sous la législature précédente s'est poursuivi sous cette législature par des négociations entre la commune et la nouvelle ministre bruxelloise de la Mobilité. 

Masse critique en faveur d'un aménagement sur Tervueren - Juin 2020

Un réaménagement de court terme...

Il semblerait que les deux parties soient enfin parvenues à un accord. Lors d'une réunion publique organisée le 25 juin dernier, la commune d'Etterbeek et la Région ont présenté les principes du projet d'aménagement provisoire. Celui-ci prévoit :

  • une piste cyclable bidirectionnelle dans la latérale sud (dans la continuité des aménagements existants sur cet axe, selon les souhaits des cyclistes), 
  • une rue cyclable dans la latérale nord, avec l'adaptation du plan de circulation,
  • une intervention sur les bandes centrales afin d'y réduire la vitesse du trafic motorisé.

Sur le principe, on ne peut que se réjouir de cet accord, attendu de longue date par les cyclistes : une pétition de plus de 1000 signatures avait été adressée en ce sens aux autorités régionales comme etterbeekoises.

Stationnement sauvage - Merode

Le GRACQ d'Etterbeek s'inquiète toutefois de certains éléments relatifs à l'aménagement provisoire (dont les plans modifiés ne nous ont pas été communiqués), même si les options sont limitées dans le cadre d'un test. Les cyclistes locaux ont attiré l'attention des autorités sur l'absence de solution pour le trottoir cyclo-piéton de Mérode (où le stationnement sauvage est en outre monnaie courante), ainsi que sur la création d'une nouvelle zone de conflits entre cyclistes et piétons au niveau de l'avenue de l'Armée. 

... et de moyen terme 

La mise en œuvre de cette solution de court terme est conditionnée à un réaménagement de l'avenue en boulevard urbain dès 2023, dans le cadre d'un permis d'urbanisme cette fois. Si rien n'a encore été décidé, il semble que la commune est toujours déterminée à poursuivre dans le projet qu'elle avait précédemment proposé, et qui ne répond malheureusment pas aux besoins formulés par les cyclistes. 

Il y a donc fort à parier que la saga de l'avenue de Tervueren n'en soit pas à son dernier chapitre...

Florine Cuignet

En savoir plus...

15119 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ