Les Belges francophones ne sont pas égaux en matière de parking vélo sécurisé dans les immeubles. Pourtant il s’agit là d’un enjeu important. Si Bruxelles a légiféré de façon contraignante pour les immeubles neufs et les rénovations, la Wallonie, quant à elle, mise essentiellement sur des guides de recommandations pour faire passer à l'action les promoteurs.

Des ratios contraignants à Bruxelles

Luxembourg - Parking vélo ministère transports

À Bruxelles, le stationnement des vélos au sein des immeubles neufs est régi par le Règlement Régional d’Urbanisme (RRU). Celui-ci impose actuellement, pour les immeubles à logements multiples, un local permettant l'entreposage des vélos et poussettes, avec un minimum requis d’un emplacement par logement.

En dépit du caractère réglementaire du RRU, les contrôles sont rares et il arrive régulièrement que le local vélo "multi-fonctionnel" soit peu accessible ou affecté à d'autres fonctions (comme l'entreposage des poubelles).

La version révisée du RRU devrait prochainement imposer un emplacement vélo par chambre. Elle se montre également plus précise quant à l'accessibilité du local, au dimensionnement et aux dispositifs d'accroche, aux emplacements pour vélos-cargos...

On remarquera aussi que le RRU impose actuellement un minimum d'un emplacement de parking voiture par logement (maximum 2), ce qui constitue un incitant fort à la possession - et donc à l'usage - d'une voiture. Le futur RRU devrait revoir ce chiffre à la baisse (avec un maximum d'emplacements pour voiture compris entre 0,75 et 2 par logement) en fonction du nombre de chambres par logements mais également de l'accessibilité en transports publics (zone A, B ou C).

Une Région wallonne peu exigeante

Cémathèque stationnement vélo immeubles

La Wallonie se prononce peu en matière de stationnement pour vélos dans les projets neufs. Le Code du Développement Territorial (CoDT), n’aborde tout simplement pas la question. Il incombe donc aux communes de décider pour elles-mêmes.

De plus le CoDT a transformé les anciens Règlements communaux d’urbanisme (RCU) en Guides communaux d’urbanisme (GCU). Leurs dispositions sont donc désormais indicatives.

Toutefois rien n’empêche une commune de glisser des obligations dans les permis d’urbanisme, pour imposer par exemple des quotas de stationnement pour vélos par projet.

Dans la pratique celles qui le font sont surtout des communes ayant une politique de mobilité active comme Namur, Liège, Ottignies-Louvain-la-Neuve, Hannut… On est toutefois encore ici le plus souvent dans la norme d’un emplacement de parking vélo par logement, voire moins.

Le public assume la charge du privé

Cela fait longtemps que le GRACQ réclame en Wallonie une obligation de construction de parkings vélos dans tous les immeubles neufs, peu importe leur affectation, plutôt que de compter sur une autorégulation du secteur, qui ne fonctionne pas. Cela reporte sur le secteur public la charge qu’aurait dû assumer le privé, car les communes doivent alors placer des box dans les rues, ou construire des parkings vélo collectifs pour fournir une solution aux riverains.

Pourquoi la Wallonie ne s'inspirerait-elle pas de la législation bruxelloise ? Sachant que même la France impose aussi par décret, depuis le 1er juillet 2012, que les « bâtiments neufs d’habitation ou de bureaux, qui comportent un parc de stationnement d’accès réservé aux seuls occupants, doivent posséder un espace réservé au stationnement sécurisé des vélos. »

Luc Goffinet et Florine Cuignet

13340 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ