RRU : derrière ces trois lettres un peu obscures, se cache un document qui revêt une importance réelle pour les cyclistes et pour le développement du vélo en région bruxelloise. Le règlement régional d’urbanisme contient en effet des dispositions touchant à la voirie et au stationnement vélo. Si le nouveau projet de RRU prend mieux en compte le vélo, le GRACQ attire néanmoins l’attention sur certaines adaptations nécessaires.

Le Règlement Régional d'Urbanisme (RRU) réglemente les caractéristiques des constructions et de leurs abords, les chantiers, l'aménagement de l’espace public, les publicités et les enseignes ou encore le stationnement. 

Le vélo y était jusqu’alors abordé de manière relativement anecdotique. Le nouveau projet entend quant à lui favoriser les modes actifs, et contribuer ainsi à une mobilité plus durable en région bruxelloise.

Aménagements cyclables

Le nouveau règlement prévoit certaines dispositions concernant les aménagements cyclables. Malheureusement, en imposant l’emplacement des aménagements cyclables et en ouvrant la porte à des largeurs réduites de pistes cyclables et de zones tampons, la mesure proposée risque bien de s’avérer dommageable pour le développement d’infrastructures de qualité, dont notre région a pourtant grand besoin. 

Une proposition alternative, soutenue par le GRACQ, a été formulée dans le cadre de l’enquête publique. Elle impose notamment : 

  • une piste cyclable dès que la vitesse autorisée est supérieure à 30 km/h, et obligatoirement physiquement séparée lorsque la vitesse est supérieure à 50 km/h ; 
  • une zone d’écartement de 0,8 m lorsque la piste longe une zone de stationnement ;
  • une largeur standard d’1,8 m pour une piste cyclable séparée unidirectionnelle et de 3 m pour une bidirectionnelle ;
  • des dispositions garantissant un revêtement confortable et sûr.

Stationnement vélo hors voirie

Le stationnement profite également de la révision du document, plus strict pour le stationnement automobile et plus favorable pour le stationnement vélo. 

Le projet de RRU se montre notamment plus précis, en imposant des dispositifs d’accroche au sein des locaux vélo dans les immeubles ainsi que des espaces de manœuvre plus généreux : les parkings vélo ainsi créés devraient répondre plus adéquatement aux besoins des cyclistes. 

Local vélo en intérieur d'immeuble

Pour les immeubles à logements multiples neufs, le nombre minimum d’emplacements est revu à la hausse : 1 emplacement vélo par chambre + 1 emplacement vélo-cargo par tranche de 10 emplacements vélos (contre 1 emplacement vélo ou poussette par logement précédemment). 

Pour les bureaux, les immeubles existants ou encore les équipements collectifs, le RRU se montre par contre encore timide, et ne prévoit en outre aucune disposition particulière concernant les vélos plus volumineux, comme les vélos-cargos pourtant en plein essor.

C’est un fait établi que le manque de stationnement, et plus particulièrement de stationnement sécurisé, est un réel frein au développement du vélo.1Le GRACQ réclame donc que le RRU se montre plus volontariste, à la fois dans le nombre d’emplacements vélo à créer et dans la prise en compte de vélos de plus grandes dimensions, car les règles qui s’appliquent aujourd’hui auront un énorme impact sur la mobilité de demain. 

Florine Cuignet 

1. Près de 3 personnes sur 4 qui n’utilisent pas le vélo à Bruxelles considèrent le manque de stationnement adapté comme un obstacle ("Thermomètre cycliste", GRACQ & Fietsersbond, 2017.) 

12880 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ