L’enquête publique sur l'extension de la ligne 3 du métro vers Schaerbeek et Evere se termine ce 5 avril. Indépendamment du bien-fondé même du projet — qui fait largement débat — notre association souligne d’importantes lacunes dans la nouvelle mouture du projet.

Le projet d’extension du métro s’intègre dans un contexte urbain particulier, et mobilise d’énormes ressources. Il est donc nécessaire que le projet ne se limite pas au simple développement d’une ligne de métro, mais s’envisage plus largement comme un projet de mobilité urbaine au service des ambitions de Good Move.

Projet métro nord - station bordet

Impact financier sur les projets de mobilité active?

La manière dont sera financée l’extension du métro vers Schaerbeek et Evere, estimée aujourd’hui à 1,5 milliards d’euros, reste encore floue. Le ministre des Finances bruxellois Sven Gatz a ainsi évoqué la possibilité de réquisitionner l’intégralité de l’enveloppe Beliris pour financer la construction de cette nouvelle ligne de métro. Le GRACQ s’inquiète fortement de l’impact financier de ce projet, notamment vis-à-vis des projets de mobilité active. Une partie du fonds Beliris est aujourd’hui allouée aux études et à la réalisation du réseau de cyclostrades, dont l’objectif est d’assurer des déplacements efficaces à vélo à l’intérieur de Bruxelles, tout comme entre Bruxelles et sa proche périphérie. 

Le Gouvernement bruxellois s’est engagé en faveur du principe STOP1, dans sa déclaration de politique générale tout comme dans le plan Good Move. En vertu de ce principe, le financement de l’extension du métro ne peut en aucun cas se faire au détriment des investissements nécessaires au développement des réseaux vélo et piéton et, plus largement, de la mise en œuvre de la politique cycliste et piétonne

Stationnement vélo sécurisé : une opportunité manquée?

Très tôt dans la conception du projet, la question du stationnement vélo a été abordée. Du point de vue de l'intermodalité sûrement, mais aussi du point de vue résidentiel. C'est un point qui est régulièrement revenu sur la table lors des diverses présentations du projet : dans ces quartiers denses où les opportunités de développer du stationnement sécurisé sont limitées, la création de 7 nouvelles stations est une occasion unique de développer une offre conséquente de stationnement vélo, sécurisé et non sécurisé. 

Le Masterplan stationnement vélo a évalué les besoins de long terme en stationnement pour les 7 stations envisagées. Sur l’ensemble des 7 stations, le projet totalise 865 emplacements sécurisés et 444 emplacements libres, là où le Masterplan vélo recommande 3180 emplacements sécurisés et 2120 emplacements libres. Les stations Liedts et Colignon ne proposent quant à elles pas un seul emplacement sécurisé. L’emplacement de certains parkings vélos, complètement déconnectés du réseau vélo ou à l’arrière de la station, pose également question. 

StationStationnement vélo - Projet Métro Nordrecommandations Masterplan stationnement vélo
 Offre sécuriséeOffre libreOffre sécurisée

Offre libre

Liedts

083600400
colignon068320220
Verboekhoven16535420280
Riga9055300200
Tilleul9661390260
Paix11434350230
Bordet400108800530
Total86544431802120

La gestion du stationnement vélo au sein du projet relève davantage de l’opportunisme que d’une approche intégrée et volontariste : du stationnement vélo a été prévu là où les auteurs de projet ont trouvé de la place. Le projet a d’ailleurs assez peu évolué à ce niveau entre le projet de 2018 et celui de 2022. Il est certain que les parkings prévus seront très vite saturés, au vu de l'énorme demande actuelle en stationnement sécurisé et de l’engouement croissant pour le vélo. Il serait regrettable, au vu de l’ampleur du projet, de passer à côté de cette opportunité unique.

Projet metro Nord - Station Liedts

Un projet qui doit favoriser l’intermodalité 

Le projet de métro doit également s’inscrire dans une perspective intermodale, permettant de conjuguer facilement vélo et métro. Outre le stationnement vélo en station, le transport d’un vélo (classique, pliant…) doit également être facilité. Étant donné la grande profondeur des stations, l’accès direct aux quais via les ascenseurs doit être systématiquement possible avec un vélo à partir de la surface. Les portiques d’accès doivent également être adaptés en conséquence : les portiques PMR/vélo/poussette existants, avec double porte, sont pénibles à franchir avec un vélo. 


1. Le principe STOP, soutenu par notre association, opère une hiérarchisation des modes de transports, en mettant prioritairement l'accent sur les modes les plus universels et les plus durables : marche > vélo >  transports publics/partagés > voiture privée.

En savoir plus

17958 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ