L’audit "sécurité routière" du projet de piste cyclable sur l’avenue de Tervueren, commandité par la commune d’Etterbeek, a rendu ses conclusions… Aucune surprise du côté du GRACQ : les risques sont déjà connus, et l’étude va bien dans le sens d’une sécurisation plus grande des cyclistes – complètement absente à l’heure actuelle sur tout un tronçon de l’avenue. 

Le projet proposé par Bruxelles Mobilité, en concertation avec les associations d’usagers cyclistes, continue de faire polémique. 

Avenue de Tervueren à Etterbeek - Interruption de l'aménagement cyclable

Officiellement, c’est le caractère accidentogène de l’aménagement qui est mis en cause, essentiellement son caractère bidirectionnel… Notons qu’il s’agit pourtant de prolonger l’aménagement existant le long de la contre-allée et qui traverse déjà trois intersections (contre quatre dans le projet de Bruxelles Mobilité). Les recommandations de l’audit sur le tronçon entre la rue des Aduatiques et Montgomery (séparation des cyclistes et piétons et de sécurisation de la traversée de l’avenue de l’Armée) vont dans le sens du projet régional "en dur" qui devra faire l’objet d’un permis d’urbanisme. Mais étrangement, l’audit n’a porté que sur la version "test" de l’aménagement, qui ne permet pas de réaliser des travaux conséquents. Néanmoins, le risque lié aux aménagements séparés bidirectionnels ne doit pas être sous-estimé : des mesures doivent être prises afin de garantir une sécurité optimale, notamment en réduisant la vitesse et le volume de trafic circulant sur cette contre-allée

Notons aussi que certains éléments du rapport traduisent un réel manque de connaissance du contexte bruxellois. Alors que le bureau d’étude relève le statut "RER-vélo" de l’axe, il formule pourtant des recommandations peu compatibles avec le niveau de confort et d’efficacité que l’on attend sur ce type de tracé. L’objectif est de bien de consacrer l’axe en tant que route cycliste majeure. Suggérer des détours, multiplier les chicanes ou recommander la traversée du boulevard par le tunnel piéton en équipant de goulottes les escaliers est, de ce point de vue, fort peu crédible. On regrette qu’aucun contact n’ait été pris avec les acteurs bruxellois afin de garantir le sérieux du rapport.  

Quelles suites ? 

On aurait pu penser qu’une réelle concertation puisse enfin se mettre en place, sur la base de cet audit. Les résultats de l’audit ont malheureusement été utilisés par le bourgmestre pour torpiller le projet dans la presse, sans qu’une alternative valable ne soit mise sur la table. La majorité etterbeekoise reste quant à elle divisée, Ecolo-Groen maintenant son soutien au projet régional. 

On ne peut que regretter la politisation stérile du dossier, à la vieille des élections. Le GRACQ continue de plaider pour la sécurisation rapide de ce tronçon de l’avenue, ainsi que pour un aménagement bidirectionnel. Une demande appuyée par les 1062 citoyen-ne-s qui ont signé la pétition initiée par les associations cyclistes. 

Florine Cuignet

12881 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ