Difficile d’échapper à la déferlante des réseaux sociaux ! Aux Pays-Bas, où les hommes d’âge moyen sont les moins enclins à se mettre en selle, plus de 50% des 25 – 55 ans sont actifs sur les réseaux sociaux. On imagine dès lors tout le parti que les associations cyclistes peuvent tirer de ces nouveaux outils de communication ! Le Twitterfiets, un projet développé par le Fietsersbond dans le cadre d’une vaste campagne de promotion, en est l’exemple parfait.

Aux Pays-Bas, Twitter réunit plus de 450 000 comptes, grâce auxquels les internautes ont la possibilité de poster de courts messages (les tweets) reçus par une série de destinataires (les followers). Un des avantages majeurs de ce réseau est qu’il réunit de nombreuses personnes influentes (célébrités locales, politiques, journalistes…) qui génèrent beaucoup d’attention médiatique : une configuration idéale pour initier une campagne de promotion peu coûteuse.

Le twitterfietsL’idée du Fietsersbond : les “Twitterfiets”, des vélos de couleur orange que l’association met gracieusement à disposition d’utilisateurs de Twitter durant une semaine, en les invitant à commenter leur expérience sur le réseau (donc à tweeter). Des personnalités sont directement sollicitées pour prendre part à l’expérience, mais tout le monde est invité à poser sa candidature… avec la possibilité de recommander une de ses connaissances à qui transmettre son Twitterfiets ! C’est ainsi que s’est développée une communauté autour du projet, chacun pouvant suivre au quotidien le parcours de ces vélos orange.

 

La simplicité de la formule est probablement l’une des clés de son succès. Le projet a bénéficié de nombreux articles dans les médias – essentiellement locaux, ce qui renforce l’effet de “communauté” – et s’est même vu proposer le soutien d’un célèbre fabricant de vélos.

Florine Cuignet

10691 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ