Si vous faites entretenir votre monture auprès d'un vélociste ou d'un atelier vélo, ces modifications vous concernent ! Depuis le 1er juillet 2017, de nouvelles règles s’appliquent concernant la TVA sur la réparation de bicyclettes en Belgique. Le calcul est plus clair, mais risque de pénaliser une clientèle déjà moins privilégiée.

Jusqu’alors, la Belgique avait fait le choix d’appliquer une disposition temporaire d’une directive européenne pour la réparation de bicyclette : si le montant de la main-d’œuvre surpassait celui des pièces de rechange, le client bénéficiait d’une TVA réduite de 6% sur l’ensemble de la facture, et de 21% dans le cas contraire. 

Réparation de vélo

Désormais, la main-d’œuvre sera taxée à 6% et les pièces de rechange à 21%. Une règle plus claire, qui va nettement simplifier le travail de facturation des réparateurs. Face à la complexité du système, nombreux sont ceux qui n’appliquaient pas jusque-là cette disposition. 

Pour le client, cette modification aura également un impact. Les réparations de vélos modestes, qui bénéficiaient généralement d’une TVA réduite à 6%, vont désormais faire l’objet d’une légère augmentation de prix (de quelques centimes à quelques euros). Les vélos haut de gamme par contre, dont les pièces détachées sont plus chères, bénéficieront à présent d’une main-d’œuvre à 6% et verront donc leur facture diminuer. 

Si on salue la simplification administrative, on ne peut que déplorer son effet collatéral : c’est en effet la clientèle la plus précarisée qui va pâtir de ce nouveau régime de TVA.   

Florine Cuignet

8528 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ