Le GRACQ se réjouit que la nouvelle "Déclaration de politique régionale wallonne 2017-2019" accorde plus d'attention aux aménagements et à la sécurité des cyclistes, mais regrette l'absence de toute référence à un plan vélo ambitieux de type "Wallonie Cyclable".

Parlement WallonLe GRACQ note en effet positivement « l’amplification de la prise en compte systématique et l’attention particulière aux modes doux » dans les aménagements routiers en Wallonie.

Si cela devient une réalité sur le terrain, on pourra circuler à vélo de façon plus fluide et sûre sur nos routes. Car, selon nos propres observations sur les routes régionales wallonnes, le vélo est encore souvent oublié, ou mal pris en compte, dans les réaménagements routiers.

Nous sommes malgré tout étonnés que l'on ne trouve pas, dans l'acte de déclaration du nouveau gouvernement wallon, la volonté de poursuivre un plan vélo tel que "Wallonie Cyclable". On y fait seulement référence au "Plan RAVeL". La Wallonie sera-t-elle la seule région belge à ne pas (plus) disposer d'un plan vélo complet ?

La politique vélo semble donc vue uniquement au travers des infrastructures. Ce qui est regrettable car, pour être réellement efficace, il faut aussi s'occuper de la sensibilisation, de l'encouragement et de l'éducation au vélo, de la prévention contre le vol,... Il faut également entreprendre un réel travail sur l'image du vélo en Wallonie.

Nous notons enfin que le Ministre Carlo Di Antonio s'occupera désormais de la mobilité, des travaux publics et de l'aménagement du territoire, soit des portefeuilles complémentaires qui étaient dissociés dans l'ancien gouvernement. Il aura donc en mains beaucoup de leviers pour faire bouger la Wallonie à vélo.

Extraits de la Déclaration de politique régionale wallonne 2017-2019

La Wallonie développera un système de mobilité global durable permettant l’accessibilité aux biens, aux services et au travail pour tous. Le Schéma Régional de Mobilité sera finalisé en ce sens. Les efforts seront consentis afin que la part modale de la voiture individuelle diminue, au profit des autres modes (bus, train, vélos, marche à pied...). 
(…)
Il faut en effet doter la Wallonie d’infrastructures modernes, sûres et performantes qui organisent un maillage adéquat de l’ensemble du territoire wallon au service des citoyens, de leur bien-être et de l’essor socio-économique de notre Région, dans la diversité et la complémentarité des modes existants, avec une attention particulière pour les modes doux (piétons et cyclistes). 
(…)
Pour les routes, autoroutes et voies navigables, le Gouvernement mettra en œuvre les très nombreux dossiers de développement, de modernisation, de réhabilitation et de sécurisation qui constituent le « Plan Infrastructures 2016-2019 », lequel constituera le fil conducteur de la politique d’investissements dans les réseaux de circulation. Il en va de même pour le « Plan RAVeL ».
(…)
Au sujet de la sécurité routière, le Gouvernement maintient l’objectif de réduction du nombre de morts sur les routes wallonnes. Cela se traduira par l’implémentation de la réforme du permis de conduire, du contrôle technique et des transports exceptionnels, de l’implantation de radars semi-fixes et fixes, feux rouges et tronçons, du déploiement des amendes administratives pour les infractions régionalisées mais également l’accroissement de la sensibilisation à la sécurité routière, notamment en milieu scolaire.
(…)
Pour les piétons et les cyclistes, le Gouvernement amplifiera la prise en compte systématique de ces modes « doux » dans la sécurisation des infrastructures.
(…)
La pratique d’une activité physique et sportive régulière s’inscrit dans un projet de vie qui 8 accompagne l’individu dans une recherche de bien-être à la fois humain et physique. À cet égard, le Gouvernement s’engage au travers des infrastructures à encourager la pratique physique et sportive pour tous, à intégrer le sport de manière transversale, et à soutenir le sport de haut niveau. 

8970 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ