Depuis ce 18 juin, la région bruxelloise teste officiellement le tourne-à-droite cycliste au feu rouge. Dix carrefours de la capitale sont concernés par ce projet pilote qui se prolongera jusqu’en septembre. La ministre des Travaux Publics Brigitte Grouwels et le secrétaire d’État à la Mobilité Bruno De Lille n’ont pas manqué de revenir sur la question de la prétendue “illégalité” des panneaux de signalisation B22 et B23.

Pour rappel, la loi concernant le tourne-à-droite cycliste au feu rouge est entrée en vigueur le 13 février dernier. Celle-ci prévoit que la présence du panneau B22/B23 autorise le cycliste à franchir le feu rouge pour tourner à droite/continuer tout droit. Lors de sa publication au Moniteur belge, cette nouvelle disposition avait fait couler beaucoup d’encre, puisqu’elle s’oppose au code de la route selon lequel un feu de signalisation a toujours priorité sur un panneau.

Le ministre fédéral de la Mobilité Melchior Wathelet avait pour sa part refusé d’introduire une dérogation à la règle, rejetant la responsabilité sur le groupe parlementaire à l’origine du texte litigieux. Une déclaration d’ailleurs réitérée par ses collaborateurs à l’occasion d’une rencontre avec le GRACQ et le Fietsersbond.

ministres inauguration B22 B23

La ministre Grouwels et le secrétaire d’État De Lille n’ont pas attendu la résolution de ce flou juridique pour convier la presse ce 18 juin à l’inauguration de ces nouveaux panneaux de signalisation. Ceux-ci ont été apposés à dix carrefours de la capitale dans le cadre d’un projet pilote qui se poursuivra jusque septembre et qui permettra d’envisager la poursuite de la mesure, voire son éventuelle extension à d’autres carrefours de la capitale. La conférence de presse a été l’occasion de rappeler que ces panneaux étaient légalement conformes, une loi étant hiérarchiquement supérieure à un arrêté royal. En février, l’IBSR avait déjà affirmé que rien ne s’opposait à l’entrée en vigueur de cette loi, car “les règles spécifiques l’emportent sur les règles générales”.

Mais les cyclistes peuvent être rassurés : le flou juridique ne persistera pas. Une proposition de loi introduisant une dérogation à la primauté des feux de signalisation a en effet été présentée à la Chambre et a déjà été adoptée par la Commission Infrastructure.

On ne peut donc que se réjouir de l’arrivée du tourne-à-droite cycliste à Bruxelles… et on espère bien que la résolution de l’incertitude juridique autour de ces fameux panneaux motivera la Wallonie à emboîter rapidement le pas à la Région de Bruxelles-Capitale. 

Les dix lieux concernés par le projet pilote bruxellois :

  • Rond-point Schuman – Rue de la Loi
  • Rue d’Arlon – Rue de la Loi
  • Rue des deux Églises – Rue de la Loi
  • Rue du commerce – Rue de la Loi
  • Rue de Spa - Rue de la Loi
  • Boulevard du Jardin Botanique (bande bus) – en amont du Boulevard Pachéco
  • Boulevard du Jardin Botanique (bande bus) – en aval du Boulevard Pachéco
  • Rue du Progrès – Place Rogier
  • Boulevard du Jardin Botantique – Passage 44
  • Boulevard du Midi – Avenue de Stalingrad

9900 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ