Elles sont trois entreprises d’économie sociale du sud de la province de Namur : l’ASBL Espaces à Ciney, La Calestienne à Beauraing et l’agence Titres-services à Florennes. Ensemble, elles ont donné naissance au projet I Move, qui propose une meilleure mobilité à des travailleurs fragilisés. La plus écologique possible aussi.

Dessin immole

En zone rurale, on peut difficilement compter sur un réseau de transports en commun performant, et les pôles d’emploi sont souvent loin des villages. Même pour une aide ménagère, il faut parfois faire beaucoup de kilomètres pour gagner ses titres-services. Posséder un véhicule pour des personnes en insertion socio-professionnelle est aussi une lourde charge pour le budget du ménage. C’est pourquoi ces trois entreprises d’économie sociale proposent maintenant des véhicules partagés à leurs travailleurs stagiaires ou en insertion. 

Photo iMove

Au rang de ceux-ci figurent en bonne place des vélos à assistance électrique (huit par structure). Un mode de déplacement bien adapté au relief de la Wallonie et à une partie des déplacements professionnels. 

A Ciney, ces vélos sont en partie utilisés par le personnel de l’ASBL Espaces (par exemple pour se rendre au centre-ville, car les bureaux sont localisés à l’écart sur un zoning). Ou par certains pour des trajets domicile-travail (hors période hivernale).

Dans la formation pour les services aux personnes, un module de “mobilité douce” est dispensé aux stagiaires. Ceux-ci peuvent à tout moment de leur formation utiliser les vélos électriques, même pour rentrer chez eux et revenir le lendemain !

L’ASBL remet donc ces personnes en contact avec une mobilité qui ne fait plus partie de leurs habitudes, et qui souffre malheureusement encore beaucoup d’une image sociale négative. 

La directrice de cette ASBL confie cependant que, bien que le vélo électrique soit une bonne solution pour les petits et moyens déplacements autour de Ciney, il n’est pas aisé d’en rendre l’usage à nouveau “normal” auprès des demandeurs d’emploi faiblement qualifiés.

On peut cependant espérer que la remise en selle d’un public précarisé, avec une solution qu’on leur permet de tester et de réapprivoiser, contribue à moyen terme à une renaissance du vélo (électrique) en milieu rural en tant que réelle solution de mobilité. Une mobilité à la fois économique et écologique !

Luc Goffinet

2797 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ