Une convention entre la Région et la Ville de Bruxelles prévoyait l’octroi de quelque 3 millions d’euros pour la réalisation de pistes cyclables séparées au sein du Pentagone, dans le cadre du plan régional "pistes cyclables séparées". Les deux premiers projets actuellement à l’enquête publique - rue de la Loi et rue des Six Jetons - sont loin d'être enthousiasmants.

En 2015 déjà, les associations cyclistes avaient attiré l’attention des autorités régionales et communales sur la faisabilité du projet : aménager des pistes cyclables séparées semblait, à de nombreux endroits, difficilement envisageable, notamment sur la boucle de desserte automobile.

En plein cœur de ville (où les rues sont étroites et les intersections nombreuses), il est préférable de réduire le trafic motorisé et la vitesse sur les itinéraires cyclables plutôt que de vouloir caser à tout prix des pistes cyclables séparées sur des voiries qui ne le permettent tout simplement pas... pour autant que l’on vise des aménagements de qualité.

Les plans ont été présentés l'an passé en commission vélo de Bruxelles-Ville. Certains ont fait l’objet de nombreuses discussions concernant la qualité des aménagements ou leur intérêt même. 

Rue de la Loi & rue des six jetons

Deux premiers projets d’aménagements sont actuellement à l’enquête publique : sur la rue de la Loi (entre la petite ceinture et la rue Royale) et sur la rue des Six Jetons

Premier constat : alors que les endroits véritablement problématiques ne manquent pas sur le territoire de Bruxelles-Ville, on s’interroge sur l’intérêt d’investir prioriatirement les précieux budgets régionaux sur ces axes. Si le GRACQ n’a pas d’objection de principe concernant la rue de la Loi (déjà équipée de pistes cyclables marquées de bonne facture), il en va autrement de la rue des Six Jetons. Il serait tout simplement incompréhensible que la Région alloue des moyens financiers à un aménagement qui non seulement n’apporte rien quant à la sécurité ou au confort des cyclistes, mais qui ne respecte aucunement les recommandations des vadémécums en matière d’aménagements et risque même de s’avérer, au final, vraiment problématique. 

Les recommandations formulées lors des commissions vélo n’ont pas été prises en compte, le GRACQ a donc réitéré ses remarques lors des enquêtes publiques relatives à ces aménagements. 

Florine Cuignet

10572 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ