Planifier son trajet à l’avance est très important, pour le cycliste encore plus que l’automobiliste. Face à la demande croissante d’outils adaptés, des calculateurs d’itinéraires spécifiques au vélo se développent en ligne, qui permettent de sélectionner l’itinéraire le plus approprié en fonction de certains critères particuliers : sécurité, rapidité, déclivité…

ride the city en ligne

Certains d’entre eux ont débuté à l’échelle d’une agglomération, et couvrent peu à peu de nouvelles nouvelles villes. C’est le cas Ride the City dont les données sont actuellement disponibles pour quelques grandes villes des États-Unis, du Canada et d’Australie. Ce site aide le cycliste à trouver une route sûre pour rallier un point à un autre de la ville. Le programme exclut d’emblée les routes qui ne sont pas adaptées pour le vélo et tente de trouver les trajets qui maximisent l’utilisation d’aménagements cyclables. Les cyclistes peuvent choisir le trajet le plus direct, le trajet le plus sécurisant, ou un itinéraire intermédiaire entre ces deux critères. Le site mentionne en outre le type d’aménagement que le cycliste rencontre sur son trajet (marquages au sol, piste cyclable séparées, etc) et renseigne les “points d’intérêts” pour le cycliste (location de vélos, vélocistes…).

En marge de ces sites, certaines villes font le choix de développer leur propre programme, adapté à leurs particularités. C’est le cas par exemple de San Francisco, où l’association cycliste SF Bicycle Coalition a contribué à l’instauration de BikeMapper. La ville est en effet connue pour ses rues très pentues, les options proposées par cet outil de planification d’itinéraires en ligne sont donc adaptées en conséquence : la route “vélo” la plus courte ou la route “vélo” la plus plate. Grâce à l’option “street view”, le cycliste a même la possibilité de visualiser son trajet en le parcourant virtuellement.

En France on mentionnera l’initiative intéressante de GeoVélo à Paris, qui vous laisse le choix entre un itinéraire rapide ou un itinéraire plus long mais sécurisant.

Le cycliste est malgré tout appelé à faire preuve d’une certaine prudence, et les concepteurs des différents programmes invitent les utilisateurs à faire part de leurs remarques quant au trajet qui leur aura été conseillé. Néanmoins, ce type d’outil particulièrement utile ne devrait pas manquer d’accroître le nombre de cyclistes dans les rues !

Florine Cuignet

9892 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ