Depuis 2014, l'Institut Scientifique de Service Public (ISSeP), basé à Liège, mène un projet pour objectiver l'exposition des différents usagers de la route à la pollution. Baptisé « Exposition, Trafic et Carbone noir »  (ExTraCar) ce projet a mesuré les particules ultrafines de carbone ingérées lors des déplacements en milieu urbain.

Le carbone noir est issu d’une combustion incomplète, facile à déceler et proportionnel aux oxydes d’azote dans un site sous influence du trafic. Ne subissant pas de transformation chimique, il est un excellent marqueur de la qualité de l'air.

Grâce à un appareillage léger porté par des « cobayes » (dont des membres du GRACQ liégeois), des captures de l'air ambiant ont été faites en bus, à vélo et en voiture sur des trajets similaires. Couplés à l'utilisation d'un GPS et d'un logiciel de visualisation, les résultats sont bien étonnants.

Ci-dessous, une carte assez parlante des concentrations en carbone noir relevées sur ces trajets :

Trajet vélo Herstal ExTraCar

Le chemin le plus à l’ouest est celui en bus, le central celui en voiture, le 3e est celui à vélo. Bien que sur cette illustration le trajet en voiture soit celui où les concentrations mesurées sont les plus élevées, la dose absorbée par la personne qui se rend au travail en auto est plus faible que celle de la personne qui prend le bus, car le trajet dure moins longtemps.

En ce qui concerne le cycliste, quand celui-ci a la possibilité de faire facilement un détour vers des endroits plus "respirables", et de dépasser rapidement les voitures sans rester coincé dans le trafic, il est clairement le moins exposé. Ceci plaide en faveur de cheminements cyclables séparés en agglomération.

Tout ceci est bien sûr aussi dépendant des conditions climatiques : pluie, vent, chaleur et de la morphologie de la route (route "canyon").

À noter aussi qu'en plus d’accroître la connaissance de la pollution par le carbone noir et d'en prédire la concentration, le projet aspire à promouvoir les alternatives aux transports motorisés et à aider au changement des mentalités !

Didier Blavier

En savoir plus...

9899 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ