La ville d’Aarhus, au Danemark, mène depuis plusieurs mois une expérience pilote dans un carrefour du centre-ville. L’objet de ce test ? Une nouvelle manière de faire passer le feu au vert à l'approche d'un cycliste, grâce à un "tag RFID". 

Rendre les déplacements à vélo compétitifs en milieu urbain nécessite de les rendre plus rapides, plus faciles et plus sûrs. Une des pistes pour y arriver réside dans le réglage des feux de circulation, car les arrêts sont très pénalisants pour le cycliste, qui se déplace à la force des mollets. 

Nous avons déjà évoqué, dans Politiques cyclables, l’onde verte cycliste qui synchronise les feux le long d’une artère en s’adaptant à la vitesse moyenne d’un cycliste. Il existe également des boucles électromagnétiques dans le sol, capables de détecter la présence d’un vélo et d’activer la phase verte du feu.

Dans le cadre du projet européen Radical, Aarhus expérimente depuis avril 2015 un nouveau dispositif de détection des cyclistes, à l’aide de "tags RFID". Lorsque le "tag" (languette placée sur la roue avant du vélo) est détecté par le lecteur placé en amont du feu, celui-ci passe au vert, donnant ainsi la priorité au cycliste.

Détection cycliste au feu

Jusqu’à présent, seuls 200 vélos ont été équipés du précieux sésame, et le dispositif n’a été testé qu’à un seul carrefour, situé sur un itinéraire cycliste fréquenté. Il devrait cependant être étendu dans le courant 2016 : 1000 languettes supplémentaires devraient être distribuées, et le dispositif pourrait être étendu à d’autres carrefours. 

Selon le fournisseur, ce système représente une économie de 40% par rapport aux boucles de détection, grâce à son installation moins contraignante qui ne nécessite aucune saignée dans le revêtement.

Florine Cuignet

9881 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ