En septembre dernier, le GRACQ et le Fietsersbond applaudissaient la décision de la Ville de Bruxelles de mettre l’ensemble du Pentagone en zone 30, tout en regrettant l’absence de mesures destinées à rendre cette limitation de vitesse effective. Pour les associations cyclistes, les récentes attaques formulées par Touring à l’encontre de cette décision ne font que renforcer l’urgence de telles mesures.

Instaurer une zone 30, c’est réintroduire de la convivialité en ville, c’est y diminuer la pollution et le bruit, c’est fluidifier la circulation. Mais cela représente surtout un pas de géant pour la sécurité de tous, et des usagers actifs en premier lieu : la réduction des vitesses de 50 à 30 km/h diminue de moitié les distances de freinage et réduit le risque de décès de 45% à 5% en cas d’accident. Un argument imparable lorsqu’on sait que 32% des tués de la route en région bruxelloise sont des piétons.

Mais l’argument sécuritaire semble sans valeur au yeux de Touring : l’association dénonce une fois de plus l’absurdité d’une telle limitation de vitesse, prenant pour preuve son non respect par les automobilistes.

Pour les associations cyclistes, loin de remettre en cause le bien-fondé de la zone 30, c’est au contraire le signe qu’il est nécessaire d’accélérer la mise en place de dispositifs de réduction de vitesse ainsi que d’unifier cette mesure en l’élargissant aux boulevards du centre. Des dispositions initialement prévues dans une phase ultérieure de la mise en œuvre de la zone 30, mais dont l’absence hypothèque gravement les chances de réussite du projet. Renforcer la politique de sensibilisation et d’information auprès de la population bruxelloise devrait en outre garantir une meilleure compréhension – et donc un plus grand respect – de cette mesure.

Pour ces raisons, le GRACQ et le Fietsersbond appuient la Ville de Bruxelles dans sa démarche et réaffirment leur volonté de voir instaurer la zone 30 dans l’ensemble du Pentagone de manière effective et définitive.

Car pour les associations cyclistes, c’est clair : pas question de faire marche arrière !

Éric Nicolas

9881 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ