Soixante volontaires de l’équipe du GRACQ ont participé de façon militante au BXL Tour. En y prenant part, le GRACQ souhaitait rappeler que les modes actifs constituent une vraie solution en termes de mobilité, de pollution et de qualité de vie, et doivent être encouragés au quotidien.

Equipe GRACQ BXL Tour

Voir une équipe de 60 cyclistes quotidiens sur la ligne de départ d’une course sportive peut sembler étonnant. Pourtant, le GRACQ avait décidé de défendre ses couleurs lors du BXL Tour organisé par la Ville de Bruxelles. Pas pour le chrono ou la médaille, mais pour rappeler que le vélo doit être considéré par les autorités comme un mode de déplacement sain et salutaire pour tous, et pas seulement comme un loisir du dimanche, ou un objet de compétition.

Bruxelles n’est pas une ville accueillante pour les cyclistes. Les infrastructures sont souvent mal conçues, voire inexistantes, et provoquent des situations de conflits entre les différents usagers. Alors que les bienfaits du vélo sont reconnus par tous les spécialistes de la santé, de l’environnement et de la mobilité, force est de constater que les décisions politiques restent trop frileuses lorsqu’il s’agit de soutenir sa pratique.

"Il faut avoir pédalé pendant les 50km du tracé pour se rendre compte des manquements à la sécurité des deux roues à Bruxelles"
 - Alain Courtois, échevin des Sports à Bruxelles -
 (Les cyclistes quotidiens n'ont pas attendu le BXL Tour pour faire ce constat !)  

Le vélo offre de vraies solutions en matière de mobilité dans les grandes villes. Il est consternant de constater que tous nos politiques ne l’ont pas encore compris et ne l’envisagent que pour le loisir. Par sa participation, le GRACQ a donc souhaité rappeler à nos décideurs de ne pas se contenter d’organiser une course cycliste une fois par an, mais plutôt de prendre des mesures fortes pour améliorer la pratique du vélo au quotidien.


bannière vélo tunnel Bailly.

Un effort en la matière est effectivement indispensable puisque, selon notre thermomètre cycliste, 92% des sondés estiment que le manque d’infrastructures adaptées constitue le principal frein à leur mise en selle. Il semble donc bien que la société passe à côté d’un enjeu de taille lorsqu’on sait que le vélo constitue un réel atout pour la mobilité urbaine. Très peu coûteux, peu consommateur d’espace, non polluant, il est en outre très positif pour la santé publique.

Mettre le vélo à l’honneur à Bruxelles comme l’a fait le BXL Tour sera toujours une bonne idée, même s’il s’agissait davantage dans ce cas-ci d’une opération de séduction à destination des organisateurs du Tour de France. Cependant, le GRACQ estime que tous les cyclistes bruxellois, et non bruxellois, méritent de faire l’objet d’une telle attention tout au long de l’année.

bannière vélo BXL Tour

A lire aussi...

9066 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ