Le code de la route et la sécurité routière sont des matières importantes pour les déplacements à vélo. Or le code actuel contient des dispositions que nous aimerions changer, et des lois intéressantes passées récemment au Parlement restent en rade (le “tourne-à-droite au feu rouge” et la “rue cycliste”).

C’est pour discuter de ces questions que deux représentants du GRACQ se sont rendus ce 10 mai au cabinet du secrétaire d’État à la Mobilité, Melchior Wathelet. Comme il s’agit d’une matière fédérale, un représentant du Fietsersbond était également présent.

zone30

Le ministre étant retenu au Sénat, ce sont deux de ses proches collaborateurs qui ont reçu la délégation et ont écouté avec attention les revendications des deux associations.

Les associations ont rappelé l’importance pour la sécurité des cyclistes de réduire les vitesses en agglomération (campagne “Ville 30″), mais aussi par exemple de pouvoir rouler à un mètre du bord de la chaussée (pour éviter les portières). Les règles de circulation à vélo en groupe sont, elles aussi, peu adaptées aux réalités.

En ce qui concerne la mise en œuvre du tourne-à-droite cycliste aux feux rouges, le secrétaire d’État attend que le Parlement corrige son projet initial. Il existe en effet pour le moment un flou juridique concernant la priorité des nouveaux panneaux (B22 et B23) sur les feux.

Le GRACQ et le Fietsersbond souhaitent que ce problème soit rapidement résolu, car certains pouvoirs publics rechignent à la mise en œuvre d’une mesure non sécurisée juridiquement.

Les préoccupations des associations cyclistes sont donc maintenant connues du secrétaire d’État à la Mobilité. Espérons qu’il s’en imprégnera et proposera à l’avenir des réformes intéressantes du code de la route. Le GRACQ comme le Fietsersbond y seront très attentifs !

9881 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ