Cinq priorités : celles que préconisent les associations cyclistes pour faire perdre à Bruxelles son titre peu enviable de “ville la plus congestionnée d’Europe”1. Car malgré les bonnes intentions du Plan Iris 2, la capitale de l’Europe fait encore et toujours figure de cancre en matière de mobilité.

C’est le Plan de mobilité Iris 2 qui l’affirme : “Trop de voitures nuit à la qualité de vie.” Alors que celui-ci prévoit une diminution du trafic automobile de 20% à l’horizon 2018 et une part modale “vélo” de 20% à la même échéance, les artères de la capitale restent désespérément embouteillées. Ces ambitions ne se réduiraient-elles donc qu’à un voeu pieux ?

Il est plus que temps pour Bruxelles de se donner les moyens de ses ambitions. L’European Union Cyclists’ Group (EUCG), le GRACQ – Les Cyclistes Quotidiens et le Fietsersbond recommandent cinq axes d’action prioritaires pour tirer parti du formidable potentiel de développement du vélo, ainsi que d’autres villes européennes en ont fait le pari, pour désengluer Bruxelles de ses problèmes de mobilité.

  1. Une meilleure qualité de l’air. Les seuils européens sont régulièrement dépassés, ce qui n’est pas sans conséquence au niveau sanitaire. Cela dissuade en outre les déplacements à vélo au sein de la capitale.
  2. Une amélioration de la sécurité routière. Tous les usagers sans exception devraient pouvoir se déplacer en toute sécurité à Bruxelles.
  3. Une politique de stationnement efficace pour automobilistes et cyclistes. Notamment en adaptant la demande de parking automobile à l’offre (et non l’inverse) et en augmentant l’offre de stationnement vélo sécurisé.
  4. Une amélioration des infrastructures cyclables. Il est urgent d’achever le réseau d’itinéraires cyclables régionaux (ICR) et de développer des infrastructures destinées à rendre la pratique du vélo plus sûre.
  5. La lutte contre le vol de vélos. Le vol constitue à l’heure actuelle l’une des principales raisons pour lesquelles des gens renoncent à se déplacer à vélo.

Comment faire ? Les trois associations proposent des pistes d’action relatives à chacune des cinq priorités et s’adressant sans distinction à tous les niveaux de pouvoirs.

De leur côté, les associations cyclistes mèneront tout au long de l’année des actions axées spécifiquement sur ces cinq priorités. PlaceOvélo se joint d’ailleurs au mouvement : les cyclistes qui prendront part à la masse critique de ce vendredi 24 février sont invités à se rassembler dès 18h à la Porte de Namur armés de masques – carnaval oblige –, afin de dénoncer la mauvaise qualité de l’air dans les rues de la capitale.

Éric Nicolas

1Étude publiée par TomTom, “Bruxelles: toujours la ville au trafic le plus dense en Europe !”, 15 juin 2011

9883 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ