Améliorer la sécurité dans nos agglomérations, y développer la convivialité et les commerces de proximité tout en réduisant le bruit et la pollution. Une utopie ? Non, une "Ville 30" ! La réduction des vitesses dans les agglomérations wallonnes et bruxelloises est au centre de la campagne lancée ce mois de septembre par la plateforme “Ville 30″.

Le concept consiste à mettre l’ensemble d’une agglomération en zone 30, à l’exception des axes routiers où la fonction de transit automobile domine. Dans une “Ville 30″, le 30km/h devient la norme et c’est le 50km/h qui devient l’exception.

Si l’argument principal concerne la sécurité de tous et des usagers les plus faibles en premier lieu, la réduction des vitesses en ville est profitable à tous : en termes de convivialité, d’économie, de fluidité du trafic et de réduction des nuisances liées au bruit et à la pollution. Il s’agit de restaurer la fonction première de nos villes et villages : des espaces où il fait bon vivre.

Généraliser le 30km/h en agglomération s’avère bien plus clair pour l’automobiliste – et donc plus efficace – que la multiplication de “zones 30″ éparses. Le concept se révèle également moins coûteux dans sa mise en place car il nécessite moins d’aménagements, et la communication nécessaire à la compréhension et au respect du 30km/h s’en trouve également simplifiée.

Graz, en Autriche, a été la première ville européenne à adopter le concept en 1992. D’autres agglomérations en Europe lui ont depuis emboîté le pas, parfois sous l’impulsion de mouvements citoyens comme en Suisse, en France ou encore en Grande-Bretagne. En Belgique, une grande campagne “Ville 30″ vient de débuter, qui se poursuivra durant les mois d’octobre en Wallonie et à Bruxelles. L’objectif: convaincre un maximum d’agglomérations du bien-fondé de la “Ville 30″ et obtenir un assouplissement du code de la route afin d’en faciliter l’instauration.

Florine Cuignet

9900 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ