Dans sa Déclaration de Politique Régionale 2014-2019 le Gouvernement wallon s’était engagé à "prendre systématiquement en compte le vélo lors de chaque réaménagement de voirie". En 2019 nous n'y sommes pas encore, même si une amélioration notable est enregistrée sur 70% des chantiers observés l'automne dernier.

Comme chaque année depuis 2015, le GRACQ se rend sur une partie des chantiers menés par le SPW aux quatre coins de la Wallonie. Cet observatoire bénévole est un coup de sonde pour mesurer la réelle prise en compte du vélo sur les routes régionales.

Sur les 22 chantiers observés en 2019, nous avons constaté une amélioration de la prise en compte du vélo pour quinze d'entre eux, mais peu ou pas de progrès pour les sept autres. Ce taux de prise en compte est toutefois en nette progression par rapport à l’observatoire précédent (70% contre 40% en 2018).

2019 Carte observatoire routes wallonne

Voir en plein écran | Vert = pris en compte, Orange = partiellement, Rouge = quasiment pas

Au niveau des améliorations des infrastructures cyclistes, les progrès observés sont de type :

  • passage de « rien » à une bande cyclable suggérée (BCS), à une piste cyclable marquée (PCM) ou à une piste cyclable séparée (PCS)
  • passage d’une piste marquée (PCM) à une piste cyclable séparée (PCS)
  • pose d’un meilleur revêtement pour la piste cyclable

Sur dix-sept chantiers situés sur une route régionale, onze ont bénéficié d'une piste cyclable clairement séparée. Sur des axes où le trafic est dense et les vitesses élevées, cet aménagement est à privilégier pour assurer le maximum de sécurité aux cyclistes.

Pour les six chantiers pour lesquels nous n’avons pas constaté d’amélioration, des contraintes d’espace ou de budget sont souvent invoquées par le SPW. Sans expropriation ou sans refonte complète du profil de la route, l'espace est considéré comme insuffisant pour installer une piste cyclable. Nous estimons que des solutions doivent malgré tout être trouvées pour circuler en toute sécurité à ces endroits.

Nous déplorons également que les marquages pour créer une zone avancée cycliste ou la signalisation pour placer un cédez-le-passage-cycliste-au-feu n’aient pas été adoptés lors de certains chantiers de réfections de revêtements. Ces aménagements importants pour la sécurité et le confort des cyclistes ne requièrent pourtant pas de budget supplémentaire.

En conclusion

Le GRACQ apprécie les efforts de la Wallonie sur certains chantiers. On va clairement dans la bonne direction. Nous espérons que la situation s'améliorera de façon encore plus nette en 2020, suite à l'entrée en vigueur d'un nouveau décret obligeant la Région à faire des aménagements cyclables sur ses voiries.

À l’heure de la publication de ce rapport, des contacts ont été noués avec les différents districts routiers du SPW pour discuter des priorités d’aménagements cyclistes dans les chantiers programmés sous cette législature. Cela nous permettra de surveiller de près la concrétisation des engagements wallons.

En savoir plus

14987 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ