Le Gouvernement wallon vient d'adopter le Plan Infrastructures 2020-2026, qui définit un cadre budgétaire pour les chantiers wallons à venir. Il prévoit 250 millions € supplémentaires pour des aménagements cyclo-piétons au cours de la législature actuelle. Pour les dépenser intelligemment sur le territoire wallon, une planification et une concertation avec les usagers sont plus que jamais nécessaires.

picto_wallonie

Dans sa déclaration de politique régionale, le gouvernement wallon s'était engagé à augmenter les moyens alloués aux infrastructures régionales de mobilité pour la période courant jusque 2025. Tout en donnant une priorité claire à l'entretien de ce qui existe et aux alternatives à la voiture. Exit donc les méga-projets routiers.

Dans ce nouveau plan, il est prévu un total de 230 millions € pour les voies hydrauliques, 200 millions € pour les transports en commun (dont 50 millions € pour des bus à haut niveau de service à Charleroi). Et 250 millions € pour la mobilité douce, répartis comme suit :

Enveloppe des projets mobilité douce 2020-2024
RAVeL – programme 2020-202475.000.000 €
RAVeL – projets additionnels40.000.000 €
Routes régionales (infrastructures additionnelles)50.000.000 €
Routes communales (via appel à projet "Wallonie Cyclable")50.000.000 €
Voies express vélo25.000.000 €
Promotion / formation10.000.000 €
TOTAL250.000.000 €

Le Ministre de la mobilité wallon apporte en outre les précisions suivantes :

  • Au niveau du RAVeL, l'accent sera mis sur les liaisons avec les gares ferroviaires et les autres pôles d'activité.
  • Au niveau des routes régionales, des projets d'aménagements cyclables et piétons à démarrer immédiatement sur voirie régionale ont été identifiés et ils seront complétés au fur et à mesure d'une meilleure connaissance du réseau par l'administration.
  • Au niveau des routes communales, les communes pourront bénéficier de moyens supplémentaires pour les aménagements cyclables via un appel à projets dans le cadre du programme "Wallonie Cyclable".
  • Création d'"autoroutes/corridors vélos" : des voies express vélo seront développées dans le Brabant wallon vers Bruxelles, dans le cadre du Plan urbain de Mobilité de Liège mais aussi à Charleroi, à Namur et sur l'axe Arlon-Marche.

On se réjouit bien sûr que l'on investisse enfin sérieusement sur les routes wallonnes. Un décret obligeait déjà le SPW à le faire, mais avec des moyens budgétaires, c'est toujours mieux. Du côté du RAVeL, on se réjouira aussi du caractère utilitaire des nouveaux tronçons comme la Vesdrienne Liège-Verviers (40 millions € prévus), pour une mobilité réellement quotidienne.

Il reste toutefois à élaborer rapidement une planification intelligente à long terme des travaux à faire sur le réseau routier régional. L'ancien schéma directeur cyclable, élaboré en 2010, est en effet obsolète. Pour y arriver la consultation des usagers, amorcée timidement par le SPW en 2019, reste plus que jamais la pierre angulaire d'un réseau "intelligent".

Luc Goffinet

En savoir plus

15454 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ