Depuis le 14 septembre dernier, la France a son plan national "vélo et mobilités actives". Un plan que réclamait depuis longtemps l'association des cyclistes français (FUB), et qui marque une étape importante dans la reconnaissance hexagonale du vélo comme mode de déplacement. Avec un objectif ambitieux : 9% de déplacements à vélo en 2024.

Voici les mesures phares de ce plan :

1. Un fonds national d'un montant de 350 millions d'euros (sur 7 ans)

Ce fonds national ''mobilités actives" peut sembler modeste (50 millions par an, dilués sur toute la France) mais c'est un premier pas intéressant. Il vise à soutenir, dès 2019, les projets de création d’axes cyclables via les collectivités locales. Il ciblera non seulement les discontinuités d’itinéraires, mais aussi les sas vélo aux feux, les doubles sens cyclables sur l’ensemble de la voirie urbaine en agglomération, etc.

2. Un apprentissage systématisé du vélo avant l’entrée au collège

Cette mesure devrait contribuer au développement d'une culture vélo dès les plus jeune âge. La FUB s’inquiète néanmoins de la mise en place pratique de ce dispositif, les moyens n’étant pas forcément disponibles au niveau du ministère de l’Éducation nationale.

Cela fait aussi partie d'un ensemble plus large de mesures, comme les plans de mobilité scolaires, et la prescription d’activité physique sous forme d'heures de marche ou de vélo, dont on attend de connaître les modalités concrètes.

3. La mise en place d'un marquage généralisé des vélos

Cette mesure fait partie d'un plan plus global de lutte contre le vol. Il ne s'agira pas d'une "carte grise" ou d'une "immatriculation des vélos", contrairement aux rumeurs qui ont enflammé les réseaux sociaux, mais plutôt d'identifier chaque vélo en France via un numéro unique, inscrit dans un registre national centralisé, avec les coordonnées de son propriétaire. Dans un premier temps, seuls les vélos neufs seront concernés, ensuite les vélos d'occasion.

Cette mesure permettra un contrôle policier plus efficace et compliquera la revente d'un vélo volé. Cela va amplifier le travail que la FUB a déjà entamé depuis 2004 avec son Bicycode (400.000 vélos déjà marqués). Cet effort, dans l'idéal, devrait être prolongé au niveau européen.

4. Une indemnité vélo pouvant aller jusqu’à 400 euros par an

Concernant la mise en place de mesures fiscales incitatives, c'est la création d’un forfait mobilité durable pour tous les salariés d’ici 2020 qui retient le plus l'attention. Cette indemnité sera de 200 €/an pour les salariés (400 €/an pour les fonctionnaires). Elle simplifie les choses car elle n'est plus proportionelle au nombre de kilomètres parcourus. Le seul hic, mais de taille, reste toutefois son caractère facultatif pour les entreprises.

Du côté des vélos électriques, le dispositif actuel de prime s'est révélé assez restrictif et devrait être assoupli.

Faut-il se réjouir de tout ceci ?

Oui bien sûr mais, comme le signale la FUB, le vélo est au centre d'un système. Pour qu'il se développe bien, il faut que tous les éléments de ce système soient traités par l'État (ce qui n'est pas encore le cas) :

Système vélo efficace (FUB)

 

Pour conclure, on notera aussi que ce plan est le résultat d'une mobilisation forte depuis plus d'un an, via la plateforme "Parlons Vélo" orchestrée la FUB, pour obtenir un plan vélo "sincère et financé" de l'État. La pression citoyenne reste dont bien indispensable, et elle porte ses fruits !

Luc Goffinet

En savoir plus

11518 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ