Les marquages au sol contribuent à guider les cyclistes vers la meilleure position sur l'espace public. Mais risque-t-on une peinture au sol si l'on n'est pas sûr dès le départ de l'emplacement idéal ? La solution de prototypage, en vogue aux Pays-Bas et au Danemark, s'appelle tout simplement le ruban adhésif !

Sur la place Keizer Karel à Nijmegen (Pays-Bas), les cyclistes qui veulent continuer leur route se retrouvent souvent coincés par ceux qui font la file pour tourner à gauche. Les manoeuvres d'évitement sont fastidieuses et déplaisantes pour tous. Pour palier ce souci, un bureau d'études (SHIFT) spécialisé en comportement des usagers de la route a proposé un marquage au sol pour améliorer la situation. Sans être sûr de son efficacité, il fallait d'abord tester l'idée avant de la figer au sol. Leur idée : utiliser du ruban adhésif costaud pour prototyper un marquage au sol temporaire.


 

Ceci a permis, après plusieurs essais, de trouver le bon positionnement des marques au sol et de valider leur efficacité. Une fois la meilleure solution trouvée, la commune de Nijmegen a pu peindre le marquage définitif.

À Copenhague, c'est aussi du ruban adhésif qui a été utilisé pour séparer les cyclistes des piétons sur un trottoir temporairement partagé suite à des travaux.

Source : Fietsberaad (NL)

11182 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ