Tous les deux ans, Copenhague publie un rapport complet sur l'évolution de la pratique du vélo. On y découvre à travers de multiples indicateurs chiffrés ce qui évolue bien, ce qui stagne, ainsi que les (in)satisfactions des cyclistes. Le bilan vélo 2016 livre des enseignements très intéressants.

Une bonne nouvelle pour commencer : la pratique du vélo a continué à augmenter en 2016, où on a relevé chaque jour environ 1,4 million de kilomètres parcourus à vélo. En part de marché, le vélo a ainsi conforté sa position de numéro un pour les trajets vers l'école et le travail, ainsi que pour les trajets en centre-ville.

Le vélo progresse, la voiture aussi...

Copenhagen inner-city

À l'échelle de tous les déplacements qui trouvent leur origine ou leur destination dans la capitale, la voiture reste leader.

Par ailleurs, le nombre de voitures privées continue à croître sur le territoire de la capitale (+18% en 8 ans), de même que les déplacements motorisés en périphérie (au détriment du vélo).

Copenhague, une ville sûre pour les cyclistes ?

En 2016, on a enregistré 5 morts et 150 accidents cyclistes. Même si le risque par kilomètre parcouru a diminué de 23% en dix ans, la tendance est cependant moins marquée que pour les autres modes de transport. D'un autre côté, 76% des cyclistes danois se sentent en sécurité dans la capitale (contre 53% en 2006). Il y a donc un progrès subjectif et objectif certain.

De quoi les cyclistes urbains sont-ils le plus satisfaits ?

Les cyclistes de la capitale sont contents à 97% de la politique cyclable, à 87% des pistes cyclables, à 71% de leur entretien, à 62% de leurs largeurs, mais seulement à 37% du stationnement vélo.

Un très bon bilan donc, qui met aussi en lumière ce qu'il faut corriger. Côté stationnement notamment, car environ 5 000 vélos stationnent chaque jour en dehors d'un parking vélo en centre-ville. La gare de Nørreport ne comporte qu'un emplacement vélo pour 50 voyageurs (à titre de comparaison, à Utrecht aux Pays-Bas c'est un emplacement pour 9 voyageurs).

L'apport des nouvelles passerelles vélo

Environ 20 000 cyclistes passent chaque jour sur le Cycle Serpent, inauguré en 2014. Une récente étude d'impact économique de cette passerelle a montré, par jour, un gain de 380 heures pour les cyclistes, et une diminution de 1 400 km en voiture. Au total, ce serait un gain de 6 millions € sur 20 ans, soit un rendement annuel de 9% sur l'investissement initial.

Et les voies express vélo ?

Copenhagen Cycle Highways

À ce jour, il existe huit Cycle Superhighways en service et cinq en cours de réalisation pour relier Copenhague à sa périphérie. Il s'agit de maillons indispensables pour rendre le vélo crédible comme alternative de mobilité sur des moyennes distances.

Sur la voie express vélo Farum, un quart des nouveaux usagers sont d'anciens automobilistes, ce qui montre un report modal intéressant.

Un défi toujours d'actualité

Devenir la paradis du vélo reste bien un challenge quotidien pour Copenhague. En dehors du centre-ville, c'est encore loin d'être gagné. Mais ses avantages chiffrés (13 cents économisés en soin de santé pour chaque kilomètre effectué à vélo) et non chiffrés (qualité de vie), continuent à motiver les autorités de la ville à y investir.

De quoi justifier en tout cas les 22 millions € d'investissements annuels pour qu'en 2025 la part des déplacements motorisés recule de 9% et assure ainsi une capitale encore plus vivable.

Luc Goffinet

En savoir plus

11012 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ