Si le vélo en Wallonie a encore du chemin à faire, le GRACQ y est toujours plus présent, et la voix de ses nombreux bénévoles est davantage entendue, tant par les communes que par la presse.

cyclistes champscyclistes champs

La Wallonie n'est pas souvent qualifiée de terre promise pour les cyclistes. Les déplacements en voiture représentaient encore 83 % des déplacements en 2017 et, si elle veut parvenir au chiffre de 60% pour 2030, la Région devra se retrousser les manches.

Au delà des déclarations et des intentions politiques, les citoyens prennent de plus en plus conscience de l'importance des enjeux qui sont présents en matière de mobilité, de sécurité, de qualité de vie. Conscients pour la plupart qu'on a plus de chance de faire bouger les choses ensemble, certains décident parfois de se rassembler et de rejoindre (ou de créer !) un groupe local du GRACQ. Une aventure riche en rencontres avec, à la clé, le plaisir de voir sa commune prendre une meilleure direction... 

Se réunir, réfléchir, agir

Cela commence souvent par la motivation d'une ou deux personnes qui parviennent à rassembler autour d'eux quelques cyclistes. Une dynamique se crée et rapidement, les enjeux de leur commune apparaissent. Il faut prioriser, varier les cibles et les actions. Il faut échanger pas mal d'idées, mais surtout des bons moments.

Entre 2017 et 2018, ce sont trois nouveaux groupes locaux qui ont vu le jour en Wallonie :

  • La Hulpe dont la première action fut d'élaborer un diagnostic des points noirs rencontrés par les cyclistes. Une meilleure connaissance des réalités du terrain suivie d'une priorisation des défis permettront ensuite d'interpeler la commune en bonne connaissance de cause.
  •  Andenne qui depuis février a déjà interpellé le Conseil communal sur l'impact qu'a la mobilité sur la sécurité et la santé des Andennais et s'active à la réalisation d'un mémorandum en vue des élections communales de 2018.
  • La Bruyère qui s'est réunie en mai pour lister les projets à venir dont un mémorandum dans le cadre des élections communales de 2018.

Parler avec sa commune - exemple de Hannut

Organisés en groupes locaux, les bénévoles du GRACQ font un travail de terrain conséquent pour améliorer la mobilité dans leur région. En alternant les actions originales et les interpellations argumentées, ils sensibilisent le grand public à la réalité des usagers actifs et construisent des rapports constructifs avec les administrations et les personnalités politiques.

Si le GRACQ compte plus de 10 000 membres et sympathisants pour appuyer ses propos au niveau fédéral, certains groupes locaux ne comptent pas plus que quelques membres et sympathisants. Cela n'empêche cependant pas leur voix d'être écoutée et leurs actions de porter leurs fruits. 

Le GRACQ Hannut par exemple, même s'il ne compte encore à son actif qu'un nombre limité de membres et de sympathisants, entretient des relations constructives avec la commune, et son message convainc les échevins qui réalisent certaines choses intéressantes pour le vélo.

  • Les règlements communaux d’urbanisme imposent, lors de la construction d’immeubles de plus de 5 logements, un parking vélo par logement.
  • Le règlement du personnel communal prévoit également le remboursement des km parcourus à vélo pour se rendre au travail.
  • Hasard du calendrier ou réaction au memorandum du GRACQ Hannut, une commission vélo "Hannut à vélo" a été créé en mars dernier. La première réunion a consisté à faire un relevé des points noirs sur le territoire de la commune. 
  • Les deux rues principales aux abords de la Grand Place pourraient prochainement être transformées en rues cyclables.
  • La volonté de la commune de placer aux arrêts TEC des parkings vélo dignes de ce nom (en collaboration avec les TEC).

 "Si vous habitez Hannut et lisez ces informations, rejoignez-nous. Si vous n’habitez pas Hannut, déménagez d’abord, rejoignez-nous ensuite !"
Philippe Lederer

Les relais médiatiques

Presse GRACQ Braine-le-Comte

À côté de ce travail de l'ombre, la visibilité des actions des groupes locaux ainsi que l'écho de leur message doivent également être assurés. Les réseaux sociaux permettent bien sûr de toucher de nombreuses personnes, mais un petit encart dans la presse ou une interview donnent une dimension plus large à l'événement. 

Le vélo s'invite de plus en plus dans la presse comme un sujet de société incontournable. Le GRACQ est dès lors de plus en plus sollicité pour partager son expertise et donner son avis, tant au niveau national qu'au niveau des groupes locaux. 

Voici certains de nos derniers relai presse:

  • L'inaugur'action d'une piste cyclable mise en scène par le GRACQ Braine-le-Comte afin de demander aux autorités qu'une vraie piste soit aménagées.
  • Les balades "Chic à vélo" organisées par le GRACQ Mouscron.
  • Les actions "Clap au Vélo" du GRACQ Namur et du GRACQ La Louvière.
  • Les élections communales approchant à grand pas, certains groupes locaux comme le GRACQ Mons ont organisé la remise de leur mémorandum aux partis politiques en présence de la presse, augmentant ainsi la visibilité et la portée de leur action.
  • Enfin, certains événements d'actualité moins heureux, comme la répression policière démesurée lors de la dernière Masse Critique de Liège furent l'occasion pour le GRACQ Liège de partager leur vision de la cyclabilité de leur ville au travers d'une carte blanche.

Si vous aussi vous souhaitez rendre votre commune mieux adaptée aux vélos, n'hésitez plus ! Rencontrez le groupe local de votre commune ou, s'il n'en existe pas encore, n'hésitez pas à regrouper quelques cyclistes pour en créer un, l'aventure sera belle !

Gaël De Meyere

En savoir plus

10992 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ