Depuis leur création en 2012, les panneaux qui permettent aux cyclistes de tourner à droite ou continuer tout droit aux feux rouges fleurissent à Bruxelles et en Flandre. Ils restent toutefois une exception en Wallonie, où seuls 36 carrefours à feux sont actuellement équipés (sur un peu plus de 600). Une lenteur de mise en oeuvre déplorée par le GRACQ, alors qu'il s'agit d'une mesure peu coûteuse qui facilite grandement les déplacements à vélo.

Depuis le début de l'année, le GRACQ parcourt la Wallonie pour repérer les carrefours à feux équipés de panneaux B22 et B23, qui permettent de franchir légalement un feu à vélo (en cédant bien entendu le passage à tous les autres usagers).

Cette démarche s'appuie, entre autres, sur une liste de 60 carrefours reconnus par le Service Public de Wallonie comme "équipables en panneaux B22/B23", selon sa propre grille méthodologique.

Cependant, sur le terrain, nous avons répertorié seulement 36 carrefours dotés de panneaux B22/B23 (dont un feu communal à Ottignies). 

Contacté à ce sujet, le SPW nous a informé qu'une dizaine de carrefours supplémentaires seraient équipés d'ici la fin de l'année. La Ville de Liège a également entamé une démarche similaire pour six de ses feux communaux, et Namur pour un de ses carrefours.

Le GRACQ se réjouit de ces avancées, mais déplore cependant :

  • la lenteur de placement des panneaux en Wallonie (moins de 10 par an depuis 2012)
  • le petit nombre de carrefours concernés au final (moins de 10% des carrefours à feux)

Voir la carte complète

Alors que les expériences de Bruxelles, Paris, Bordeaux, Nantes et Strasbourg ont bien montré que ces panneaux ne provoquaient aucune augmentation du nombre d'accidents, et qu'on peut les généraliser sans crainte, la Wallonie reste à la traîne.

Le GRACQ demande donc aux autorités régionales d'accélérer l'équipement en panneaux B22/B23 de tous les carrefours qui s'y prêtent, et d'assouplir ses critères de placement de panneaux. Jusqu'à présent en effet, un aménagement cyclable doit exister sur la voirie après le feu pour que le cycliste puisse continuer son chemin, ce qui est trop restrictif.

Luc Goffinet

En savoir plus

9900 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ