Le gouvernement bruxellois s'est accordé sur les principes de SmartMove : une taxe kilométrique intelligente destinée à remplacer le système actuel de taxation automobile. La consultation des partenaires bruxellois, tout comme la concertation avec les deux autres régions, va à présent débuter. Objectif : concrétiser la nouvelle tarification automobile pour 2022. 

Insécurité, manque d’espace, congestion, pollution… La forte pression automobile en région bruxelloise nuit à la qualité de vie en ville et s’avère coûteuse pour la société. Les experts "mobilité" s'accordent sur le fait qu'un système de type "péage urbain" constitue un stimulant important pour réduire la congestion automobile : des villes comme Londres, Oslo ou encore Stockholm bénéficient chacune d'un tel système. 

congestion

Dans le cadre des dernières élections régionale, le GRACQ a appuyé l'idée du péage urbain/taxe kilométrique intelligente, dont les recettes seraient réinvesties dans le développement des alternatives à la voiture individuelle.

Une tarification auto à l'usage

C'est la piste de la taxe kilométrique intelligente que le gouvernement bruxellois a décidé de privilégier. Adopté en première lecture par le gouvernement bruxellois, SmartMove propose une nouvelle tarification automobile basée sur l'usage du véhicule : en fonction des kilomètres parcourus, du moment du déplacement (heure de pointe/heure creuse) et des chevaux fiscaux du véhicule. Ce système de taxation se substituera à la fois à la taxe annuelle de circulation et à la taxe de mise en circulation (à l'exception des grosses cylindrées)... contrairement à notre souhait, partagé avec d'autres acteurs associatifs, de voir la taxe de mise en circulation maintenue.

Cette nouvelle fiscalité devrait contribuer à l'atteinte des objectifs régionaux : réduction des déplacements en voiture et de la congestion, stimulation des modes actifs, réduction des émissions de gaz à effet de serre, amélioration de la qualité de l'air…

Quelques chiffres…

  • Bruxelles accueille chaque jour 340.000 navetteurs, dont 38% se déplacent en voiture
  • Le taux d'occupation moyen d'un véhicule est de 1,4 personne
  • 10% de véhicules en moins sur les routes bruxelloises permet de réduire de 40% la congestion
  • 46% des ménages bruxellois ne disposent pas de voiture
  • Le coût des embouteillages en région bruxelloise est estimé entre 850 millions et 1,7 milliards d'euros
  • Le transport routier est responsable de 27% des émissions de gaz à effet de serre en région bruxelloise, et de 69% des NOx.

Bruxelles vs Flandre & Wallonie ?

Si les Bruxellois·es sont concernés par SmartMove, c'est également le cas des nombreux navetteurs qui rejoignent quotidiennement la capitale au départ de la Flandre et de la Wallonie (et qui ne sont concernés actuellement que par la fiscalité automobile propre à leur région). La concertation va donc s'engager avec les deux autres régions, qui se sont montrées peu enthousiastes à l'annonce du gouvernement bruxellois. Les acteurs et partenaires bruxellois seront également invités à s'exprimer sur cette première mouture, avant de passer à la phase opérationnelle. 

Le GRACQ salue cette première annonce encourageante. Notre association suivra avec intérêt l'évolution de cet important dossier, qui s'annonce d'ores et déjà délicat.  

Florine CUIGNET

En savoir plus...

► Toutes les informations sur le site officiel smartmove.brussels
► Une réforme de la fiscalité automobile au service du citoyen ?

16197 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ