L'installation de la nouvelle piste bidirectionnelle sur la rue de la Loi s'est accompagnée, pour les cyclistes, de quatre feux supplémentaires. Alors que les panneaux – pourtant règlementaires – de cédez-le-passage cycliste au feu n'ont pas été installés, la zone de police multiplie les contrôles à ces endroits précis.

Les cyclistes disposent depuis peu d'une nouvelle piste bidirectionnelle sur la rue de la Loi. Son installation au niveau de la chaussée s'est accompagnée de l'ajout de quatre feux cyclistes au niveau des traversées piétonnes, des feux qui n'existaient pas lorsque la piste était en trottoir. 

En dépit de l'obligation existante en région bruxelloise et de la demande formulée par le GRACQ, ces feux tricolores n'ont pas été équipés des panneaux de "cédez-le-passage cycliste au feu" (B22/B23), qui permettraient aux cyclistes de ne pas marquer l'arrêt en l'absence de piétons. Ces arrêts multiples et bien souvent inutiles, sur un axe cyclable majeur, s'avèrent particulièrement pénalisants et réduisent l'intérêt du nouvel aménagement.

En l'absence de piétons, ce feu stoppe inutilement les cyclistes sur cet axe vélo majeur

Cet problème d'aménagement se double malheureusement de contrôles policiers. La verbalisation des comportements dangereux est une composante essentielle de la politique de sécurité routière : à ce titre, il est légitime que les cyclistes fassent eux aussi l'objet de contrôles. Néanmoins, dans ce cas précis, les verbalisations relèvent davantage de l'excès de zèle que d'une réelle politique de sécurité routière

Suite à l'interpellation du GRACQ la semaine dernière, la ministre bruxelloise de la Mobilité a confirmé ce mercredi 15 juillet que les différents feux seraient bien équipés des fameux panneaux B22 et B23.

Silence du côté du bourgmestre de Bruxelles-Ville, interpelé en sa qualité de chef de la police, concernant les cas de verbalisation abusive. Loin d'encourager un laxisme policier vis-à-vis des cylistes, notre association réclame que la  politique de contrôles/sanctions de la zone de police soit réellement au service d'une plus grande sécurité routière pour tou·te·s. 

Florine Cuignet

En savoir plus...

15454 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ