Nous étions quelque 600 cyclistes à prendre part à la "Mythical Mass" ce 11 janvier à Bruxelles. Objectif : rallier le Salon de l'auto pour soutenir la régulation de la promotion automobile, via l'interdiction de la publicité notamment.

À l'heure où de nombreux citoyen·ne·s à travers toute la Belgique se mobilisent contre le dérèglement climatique, la pollution de l'air et l'insécurité routière, la publicité automobile continue à entretenir le mythe et à rendre la voiture omniprésente dans notre société. Cette année encore, le Salon de l'auto et sa cohorte de messages promotionnels vantent les mérites de voitures "plus vertes", "plus propres", "plus sûres". On est pourtant bien loin du compte ! 

Loin d'être "propres", les nouveaux diesels rejettent pourtant bien plus de particules fines que les limites légales1. Et tandis que les SUV cartonnent2 - soutenus par un indécent matraquage publicitaire - les émissions moyennes de CO2 sont reparties à la hausse3, tout comme le nombre de tués sur nos routes (+27% de tués au premier semestre 2019, soit 306 victimes4). 

La voiture reste un objet utile et conserve donc une certaine place dans nos choix de mobilité. L'interdiction souhaitée vise bien la publicité qui pousse à la (sur)consommation. À ce titre, on peut dresser un intéressant parallèle avec le domaine des antibiotiques, ainsi que l'a souligné notre secrétaire générale, Aurélie Willems. 

La pub auto sous la loupe...

Pierre Ozer, chercheur à l'Université de Liège, a décortiqué les publicités automobiles pour véhicules neufs parues dans la presse écrite entre le 13 novembre 2019 au 19 janvier 2020 (soit 697 publicités)5. Son analyse démontre que :

  • 53,2% des publicités concernent des véhicules dont les émissions de CO2 sont supérieures à 140 g/km.
  • 71,3% des publicités concernent des véhicules dont les émissions de CO2 sont supérieures à 121,2 g/km (ce qui correspond à la moyenne des émissions des véhicules vendus en 2019).
  • 16,1% des publicités concernent des véhicules dont les émissions de CO2 sont inférieures à 95 g/km (ce qui correspond au plafond moyen imposé par la Commission européenne dès 2020). 

La tendance publicitaire dément clairement les propos du secteur automobile, qui déclare "prendre le problème au sérieux" en mettant sur le marché "des produits qui sont toujours plus durables et plus propres".

STOP à la pub auto : je signe la pétition en ligne

Dans une ambiance festive, la mobilisation citoyenne a donc manifesté son soutien à cette revendication, portée par une coalition d'associations et de collectifs, jusqu'aux portes du Salon. Message reçu 5/5 par les organisateurs du Salon, qui ont dénoncé dans leur discours inaugural les "injures permanentes" et injustifiées dont était victime le secteur automobile. 

Florine Cuignet

En savoir plus

1. Selon l'étude "New diesels, new problems" de Transport & Environnement (janvier 2020), le nettoyage automatique des filtres à particules des nouveaux diesels provoquent de graves pics d'émission (jusque 1000 fois plus de particules), et produisent des particules ultrafines (donc plus dangereuses pour la santé) non prises en compte par les tests actuels. https://www.transportenvironment.org/publications/new-diesels-new-problems 
2. En 2019, 40% des ventes de véhicules neufs sont des SUV.
3. Les émissions moyennes de CO2 des véhicules neufs en Europe étaient de 120g/km en 2018, soit 2g/km de plus qu'en 2017 et 3g/km de plus qu'en 2016 (ICCT, European vehicle market statistics 2019/2020).
4. Selon le Baromètre de la sécurité routière - 1er semestre 2019 de Vias.
5. https://www.facebook.com/pierre.ozer/posts/10157968644284704

14525 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ