À Tubize, le monde politique aime se montrer à l’écoute de la vie citoyenne et associative.

Tubize_Creative_commons_Laika

C’est l’activité pré-électorale par excellence : afin de discuter de leurs revendications, le GRACQ Tubize a invité les candidats à les rencontrer autour de leur mémorandum. Intervenant très tôt (dès novembre 2017), les cyclistes tubiziens sont parvenus à attirer l’attention des têtes de liste des cinq principaux partis de la commune, alors en phase d’écriture des programmes.

À la Maison communale, dans les locaux de campagne ou dans un café, ils ont projeté sur écran leur attentes et demandes, et ils ont récolté les réactions des politiques venus en nombre. Ces rencontres productives ont débordé jusqu’à trois heures de temps. Preuve que les échanges étaient animés !

Les entrevues ont été utiles à plus d’un titre : pour communiquer sur les demandes du GRACQ, pour se faire connaître et tisser des liens avec les femmes et hommes politiques qui, demain, prendront les décisions en matière de mobilité, et enfin pour récolter des informations concernant le calendrier des chantiers en projet. Les membres du GRACQ sont repartis avec l’impression d’avoir été écoutés.

Certains partis ont même joué le jeu des réseaux sociaux, profitant de cette occasion pour s’afficher aux prises avec "le terrain". Les réactions ont donc été positives, avec des promesses, des "on va dans le même sens que vous", des contacts suite à l’envoi électronique du mémo après les rencontres ("j’ai encore lu votre document, j’ai repris plein d’idées dans mon programme, parce que j’y crois")... Le GRACQ Tubize restera bien sûr vigilant pour que les engagements soient tenus au lendemain du scrutin.

Céline Remy

Plus d'infos : 

 

11558 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ