Commission vélo de Bruxelles-Ville : le "coup de gueule" des associations cyclistes (GRACQ, Fiestsersbond, Pro Velo et EUCG) aura été nécessaire, car il a permis de mettre sur la table une série de points problématiques. Si certaines choses vont dans le bon sens, d'autres points suscitent encore et toujours l’inquiétude du GRACQ. 

La question du dialogue et la nécessité de la consultation ont largement été débattues. Les cyclistes souhaitent être impliqués dans des décisions qui les concernent au premier chef : si la commission n’est pas une garantie de consensus, elle doit être à tout le moins un espace d’échange et de débats. Un véritable dialogue ne peut également avoir lieu que si l’on peut faire confiance aux promesses formulées au sein de la commission : il en va de la crédibilité de tous les acteurs autour de la table. 

Quid des itinéraires cyclables régionaux (ICR) ?

ICR 11

Il a été acté que tout changement intervenant sur un itinéraire cyclable régional (ICR) sera désormais mis à l’ordre du jour de la commission vélo. Par contre, la Ville ne compte pas revenir sur ses décisions antérieures : suppression de l’ICR sur la rue des Cendres, suppression de la piste cyclable sur la rue Ducale ou encore passage du trafic automobile à travers la piste cyclo-piétonne du quai du Commerce. L’argument de la sécurité des cyclistes sur ces itinéraires vélo n’a pas convaincu : le GRACQ regrette que les priorités de l'échevine de la Mobilité ne rencontrent pas, à ce niveau, celles des associations cyclistes. 

"Pour" ou "contre" des pistes cyclables séparées dans le Pentagone ?

La question a peu de sens et exige une réponse bien plus nuancée. Le GRACQ le rappelle : chaque projet doit d’être analysé en tenant compte de nombreux paramètres, afin de garantir des infrastructures de qualité. Tout comme le GRACQ a remis un avis contrasté concernant la rue de la Loi et la rue des Six Jetons, notre association examinera les prochains projets de pistes cyclables qui passeront à l’enquête publique (boulevard de l’Empereur, Cantersteen, rue Philippe de Champagne). Le GRACQ espère donc que les remarques formulées lors des précédentes commissions vélo auront, cette fois, été prises en compte. 

Toujours pas de vision

Le GRACQ regrette enfin que la Ville continue d’avancer sans réelle vision. Le BYPAD (audit vélo) réalisé il y a quelques temps déjà n’a pas débouché sur l’adoption d’un plan d’action vélo.  Sans plan vélo ni vision globale de la mobilité à l’échelon communal (la Ville ne rédigera pas de plan communal de mobilité  avant l’adoption du futur plan régional de mobilité Good Move), il y a peu d’espoir de voir fleurir une véritable politique de mobilité à Bruxelles. 

Le GRACQ sera donc attentif à l’évolution des échanges durant les prochains mois. 

Florine Cuignet

10688 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ