Le cycliste ne doit pas disposer d'un permis de conduire pour circuler à vélo. Cela ne le dispense pourtant pas de respecter le code de la route et les règles qui le concernent spécifiquement. 

En tant que conducteur, le cycliste doit suivre les prescriptions du code de la route : non seulement pour l'équipement de son vélo, mais également les règles de circulation. Tout comme l'automobiliste, le cycliste doit pouvoir maîtriser son véhicule, respecter les passages piétons, s'arrêter au feu rouge, etc. Cependant, le code de la route, conçu à l'ère du "tout à l'automobile", doit évoluer afin de s'adapter davantage aux modes actifs. 

La GRACQ participe activement à cette évolution, en revendiquant l'adoption de certaines règles destinées à rendre la pratique du vélo plus facile et plus sûre. C'est ainsi qu'ont été obtenus le contresens cyclable (SUL), la rue cyclable ou encore le franchissement d'un feu rouge sous certaines conditions. 

 

Bon à savoir...

La piste cyclable

Piste cyclable à Bruxelles

Lorsqu'une piste cyclable est aménagée (signalée par un panneau ou par des traits discontinus au sol), le cycliste est en principe obligé de l'emprunter. Les marquages au sol comme les logos vélo ou les chevrons n'ont aucune valeur contraignante : ils suggèrent la position du cycliste et rappellent aux véhicules motorisés qu'ils ne sont pas seuls sur la route.

Rouler à deux de front

Deux cyclistes de front

Les cyclistes sont autorisés à rouler à deux de front en agglomération tant que le croisement reste possible. Hors agglomération, ils doivent en outre se remettre en file indienne à l'approche d'un véhicule venant par l'arrière. La circulation à deux de front est interdite dans les bandes bus ouvertes aux cyclistes.

Les sens uniques limités (SUL)

SUL à Mons

Le cycliste peut emprunter un sens interdit à contresens, à condition que le panneau adéquat l'y autorise. Cela lui permet d'éviter les grands axes, des détours ou des côtes et présente également des avantages du point de vue de la sécurité.  Aucun sens de circulation n'a priorité sur l'autre : il est recommandé de faire preuve de prudence et de courtoisie, surtout lorsque la rue est étroite.
 

Le cédez-le-passage cycliste au feu

Tourne-à-droite cycliste B22

Le cycliste peut franchir un feu rouge ou orange, à condition que le panneau adéquat l'y autorise : soit pour tourner à droite (panneau B22), soit pour aller tout droit (panneau B23). Le cycliste est en outre obligé de céder le passage aux autres usagers. Une mesure très pratique qui permet d'épargner son énergie et de gagner du temps. 
 

Les impasses débouchantes

Impasse débouchante F45b

L'apposition de pictogrammes "piéton" ou "vélo" sur un panneau "voie sans issue" permet d'informer les piétons ou cyclistes que la voie se prolonge par un sentier ou un chemin qu'ils peuvent emprunter, contrairement aux véhicules motorisés. 

 

La rue cyclable

Rue cyclable à Bruxelles

La rue cyclable est signalée par un panneau spécifique, parfois accompagné de marquages au sol. Dans ces rues, le cycliste peut occuper toute la largeur de la voirie (ou de la bande de circulation s'il s'agit d'une rue à double sens). La vitesse est y limitée à 30 km/h et les véhicules motorisés ont l'interdiction de dépasser les cyclistes. 

 

Le code de la rue

Panneau zone de rencontre

Bien moins connu que le code de la route, le "code de la rue", entré en vigueur au 1er janvier 2004, a pourtant instauré une série de modifications du code particulièrement utiles pour les cyclistes et piétons. Parmi ces avancées, on peut souligner :

 

  • la généralisation des zones 30 aux abords des écoles
  • l'apparition du trottoir traversant (qui permet aux piétons de traverser une rue en restant au même niveau que le trottoir tandis que les voitures doivent ralentir) et du coussin berlinois (un ralentisseur carré placé au centre de la voirie et que les vélos peuvent facilement contourner)
  • la création des zones de rencontre (où la vitesse est limitée à 20 km/h et le piéton prioritaire)
  • l'apparition du signal D10 (qui désigne un cheminement commun aux cyclistes et piétons), et l'autorisation pour les cyclistes d'emprunter les voies réservées à la circulation locale
  • l'obligation pour les communes de généraliser les sens uniques limités (SUL)

 

Pour en savoir plus...

Les cyclistes et le code (2016) - IBSR

Le code de la rue - IBSR

Dépliant sur les SUL - IBSR

Mise en œuvre des SUL : état des lieux - 2010

 

8515 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ