Les systèmes de vélos en libre-service (VLS) fleurissent partout dans le monde depuis le boom du Vélib' parisien, qui fait véritablement figure d’exemple. Un système pourtant lourd et coûteux, et fort peu adapté aux villes de taille plus modeste. En développant son propre système de VLS sur mesure, Bienne a démontré qu’en innovant, les petites villes pouvaient bénéficier elles aussi d’un dispositif performant de vélos partagés.

Jugeant les dispositifs existants – et notamment le système Velopass déjà répandu en Suisse – trop encombrants et trop onéreux, Bienne lance en octobre 2010 le velospot, un système conçu tout spécialement pour cette ville suisse de 53.000 habitants. La caractéristique principale du dispositif est sa grande flexibilité : les vélos sont munis d’un cadenas électronique (de type “fer à cheval”) et reliés à une station de prêt sans aucun contact physique. Les stations de prêt sont signalées par des boîtiers rouges qui émettent un signal radio et délimitent ainsi un périmètre dans lequel les vélos peuvent être empruntés et déposés.

Velospot à Bienne

Le dispositif peut être installé très rapidement, notamment à proximité des emplacements vélo déjà existants à Bienne. Cela présente quelques inconvénients (cela diminue le nombre d’emplacements disponibles pour les vélos privés, les vélos ne sont pas attachés à une borne fixe…) mais également des avantages (l’infrastructure nécessaire est minimale, les stations sont rarement saturées car il n’existe pas d’emplacements fixes pour chaque vélo…).

Les formules tarifaires sont similaires à celles proposées par les dispositifs plus classiques et la maintenance des vélos est assurée par des chômeurs de longue durée, dans le cadre d’un programme de réinsertion professionnelle. Le petit plus: le rééquilibrage des stations est réalisé… à vélo !

La phase test, qui s’est poursuivie jusqu’en décembre 2011, a permis d’évaluer le système  dans sa globalité et d’en corriger les “erreurs de jeunesse”. Le système Velospot, étendu à l’ensemble du territoire biennois durant l’été 2012, est à présent en test à Neuchâtel où il pourrait être implémenté dès 2013.

Florine Cuignet

9901 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ