Ce jeudi 24 juin devait être l’occasion d’entendre l’ancien maire de Bogota, Enrique Penalosa, sur sa politique assez révolutionnaire en matière de mobilité (couloirs de bus, pistes cyclables uniques en Amérique latine).

Hélas, victime des contrôles très stricts pour l’immigration au Danemark, il s’est vu refuser son visa… C’est donc son frère Gil, consultant en urbanisme, qui l’a remplacé au pied levé, évoquant avec des accents vibrants la conversion de New York (non, vous avez bien lu!) au vélo et aux espaces piétons. Et si c’est possible au pays de l’automobile, ça doit l’être partout dans le monde !

L’après-midi s’est prolongée avec un “speed dating” de tout ce qui travaille sur le vélo au Danemark (une cinquantaine de stands). De dix minutes en dix minutes, on s’est plongé d’une rencontre à l’autre dans de multiples projets locaux ou nationaux (personnes âgées et vélo, mythes à propos du vélo, réalités de la politique cyclable danoise…). Une façon passionnante de rencontrer les acteurs du vélo de façon plus personnalisée.

Nous avons terminé notre après-midi par une grande parade à vélo dans les rues de Copenhague, accompagnés par plein de musiciens, eux-mêmes à vélo. Un grand moment de convivialité et de bonne humeur: sourire des passants malgré quelques automobilistes un peu agacés de perdre quelques précieuses minutes…

Luc Goffinet

 

9901 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ