Les personnes qui roulent à vélo, ou qui connaissent quelqu’un dans leur entourage proche qui se déplace à vélo, ont tendance à faire preuve de plus de prudence vis-à-vis des cyclistes lorsqu’elles sont au volant d’une voiture.

Or dans l’esprit de nombreux automobilistes, les cyclistes semblent s’être mués en une entité unique et indistincte qui, parce qu’elle partage un même mode de déplacement, partagerait également des valeurs, des convictions et des comportements identiques. C’est pour combattre ce phénomène que l’association américaine Bike Fort Collins lance une grande campagne intitulée “You Know Me, I Ride a Bike” (“Tu me connais, je roule à vélo”).

Le comportement de quelques cyclistes imprudents porte préjudice à l’ensemble et Bike Fort Collins a constaté que cela se ressentait très clairement sur la route, dans l’attitude des conducteurs à l’égard des cyclistes. "Si nous pouvons faire prendre conscience à quelques-uns que les cyclistes sont de “vraies” personnes, explique Jeff Morrel, président de l’association, nous pourrons progresser dans la reconnaissance des droits de chacun sur la route".

Affiche Bike Fort CollinsLa campagne présente donc les cyclistes comme ce qu’ils sont : des individus bien réels, qui vont au travail tous les matins, qui ont une famille, et que les automobilistes connaissent parfois. Ce sont leur banquier, leur barman, leur tante ou leur frère. Le message se décline sur une série d’affiches, joignant une courte présentation à la photo d’un(e) cycliste de la région. Les modèles sont de tout âge, de toute catégorie socio-professionnelle ; ils roulent à vélo pour se déplacer, pour faire du sport, pour le plaisir. Leur souhait commun : pédaler en sécurité.

Réussie, la campagne? Difficile à évaluer, mais plusieurs conducteurs ont déjà déclaré à l’association qu’elle avait modifié le regard qu’ils portaient sur les cyclistes. Un signe assez encourageant!

Florine Cuignet

9899 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ