La Wallonie vient de publier un guide de bonnes pratiques pour aider les communes, les promoteurs et les entreprises à doter leurs immeubles de stationnement vélo de qualité. Un document utile pour les nouvelles constructions et les rénovations, même si les vraies contraintes sont encore rares sur les épaules des bâtisseurs wallons...

Cémathèque stationnement vélo immeubles

En 2016, le Service Public de Wallonie (SPW) avait déjà produit un guide de bonnes pratiques en matière de stationnement vélo, à destination des communes. Cette nouvelle publication se concentre sur le stationnement vélo collectif sur terrain privé.

On y trouve bien sûr des recommandations pratiques sur les types de range-vélos, les systèmes d'accrochage, des modèles de box à vélos, l'organisation de l'espace de stationnement, sa sécurisation et son accessibilité (couloirs, rampes...), le tout illustré par des schémas concrets.

Mais l'intérêt de ce guide est aussi de faire le tour des recommandations, parfois contraignantes, dans les autres régions du pays et à l'étranger. On y confirme, par exemple, que la Région bruxelloise impose un local vélo dans tous les nouveaux immeubles, et que c'est aussi le cas pour tous les immeubles de bureaux en France.

Concernant le nombre d'emplacements vélo, la norme Suisse VSS 640 065 prévoit une place vélo par pièce d’habitation pour chaque appartement. Même si les cantons ont toute latitude pour l’adopter ou non et, le cas échéant, lui donner une valeur règlementaire, elle demeure une référence dans le monde du vélo.

Peu de contraintes en Wallonie

A ce niveau, l'approche wallonne est fort timorée. Le nouveau Code du Développement Territorial (CODT) fait la part belle aux guides de recommandations et de bonnes pratiques, non contraignants, régionaux et communaux.

Or, actuellement, le Guide régional d'urbanisme n’aborde pas pas la question du stationnement des vélos. Il traite uniquement la problématique de l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite et prescrit un certain nombre de règles à cet égard.

À charge des pouvoirs locaux de rédiger leurs propres recommandations vélo, et de les imposer aux promoteurs wallons lors de la délivrance des permis d'urbanisme. Mais on connait toutes les limites de cette démarche, qui laisse aux bons soins des communes motivées le travail de négociation avec les promoteurs privés. Et aux autres le loisir de ne rien faire...

Luc Goffinet

En savoir plus

10433 personnes soutiennent déjà le mouvement cycliste

Je soutiens le GRACQ